17.01.2012 à 11:29

StatistiqueLes Suisses sont satisfaits de leur environnement

Si pratiquement tous les Helvètes s'estiment contents de l'environnement près de chez eux, 17% disent être dérangés par la pollution de l'air au domicile.

Les citadins se disent toutefois plus préoccupés que les autres par la pollution à leur domicile.

Les citadins se disent toutefois plus préoccupés que les autres par la pollution à leur domicile.

Keystone

L’immense majorité des personnes résidant en Suisse (95%) estime que la qualité de l’environnement autour de chez elle est très bonne ou plutôt bonne. Mais 17% de la population déclare être très dérangée ou plutôt dérangée par la pollution de l’air au domicile.

Cette préoccupation apparaît nettement plus forte en Suisse italienne (31%) qu’en Suisse alémanique et romande (17%), comme le révèle une enquête sur l’environnement réalisée par l’Office fédéral de la statistique (OFS) dans le cadre du nouveau recensement de la population. Au total, 5129 personnes âgées de 15 à 74 ans ont été interrogées, a indiqué mardi l’OFS.

Citadins plus inquiets

Sans surprise, la pollution de l’air au domicile inquiète davantage de personnes dans les régions urbaines (19%) que dans les régions rurales (13%). Même constat pour la qualité générale de l’environnement au domicile, considérée comme très bonne par 51% des habitants en régions rurales, mais seulement 36% en zones urbaines.

Les hommes sont plus nombreux que les femmes - 43% contre 37% - à juger très bonne la qualité de leur environnement proche. Trois quart de la population (74%) considère cet élément comme un facteur influençant très fortement ou plutôt fortement la qualité de vie.

Si l’on considère les nuisances environnementales en général, l’enquête révèle que 44% des sondés estiment qu’elles représentent un très grand ou un assez grand problème pour la Suisse.

La peur du nucléaire

S’agissant des dangers de certaines technologies pour l’être humain et l’environnement, près de la moitié des personnes interrogées (47%) jugent les centrales nucléaires très dangereuses. A noter que l’accident de Fukushima au Japon a eu lieu un mois et demi avant le début des interviews.

La perte de biodiversité (37%) et le réchauffement global dû aux changements climatiques (33%) sont aussi considérés comme très dangereux par une partie de la population. Pour le danger génétique, l’évaluation dépend fortement de l’utilisation: 30% des sondés le jugent très dangereux dans la production d’aliments, mais seulement 14% dans le domaine médical et la recherche.

Comportements individuels

Au chapitre des comportements individuels au quotidien, l’étude révèle que 45% de la population baisse toujours le chauffage lorsque le logement n’est pas utilisé pendant au moins deux jours. En revanche, 21% ne le baissent jamais, même si c’est techniquement possible.

Lors de l’achat de petits appareils électroménagers ou de lampes, 35% de la population tient toujours compte de la consommation énergétique, 11% jamais. En matière d’alimentation, 7% des personnes interrogées ne consomment que des produits biologiques, alors que 9% n’en consomment jamais.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!