12.06.2020 à 19:19

DéconfinementLes Suisses veulent désormais aller de l'avant

Selon un sondage, le rapport à la pandémie a changé dans notre pays. Retrouver une vie normale prime sur la crainte du virus.

De nombreuses personnes attendent le bateau au bord du lac de Zurich (photo prétexte).

De nombreuses personnes attendent le bateau au bord du lac de Zurich (photo prétexte).

Keystone

La crainte du coronavirus diminue en Suisse, selon un sondage. Deux aspects illustrent cette tendance: le soutien à l'obligation de porter un masque faiblit, tout comme la volonté de télécharger l'application SwissCovid.

La crainte du virus recule. Trente-et-un pour cent des personnes sondées par l'institut Sotomo pour le compte de la SSR ne se disent «pas inquiètes» pour leur santé, alors qu'elles étaient 20% au mois de mars. La peur d'une deuxième vague est également retombée de 51% en mai à 24% en fin de semaine dernière.

Corollaire à cet optimisme ambiant, le soutien à l'obligation du port du masque fléchit. Soixante-trois pourcents de sondés ne veulent plus que le masque soit rendu obligatoire pour faire les courses. Ils étaient 53% en avril. Si le refus a augmenté de 60% à 65% en un mois outre-Sarine, il a explosé de 39% à 59% en Suisse romande. Cette mesure reste toutefois populaire chez 57% des Tessinois.

Grande confiance dans le gouvernement

Les avis sont davantage partagés au sujet des transports publics: la moitié des sondés estime que l'on doit, au moins ponctuellement, obliger les voyageurs à porter un masque. Ils sont 48% à penser le contraire.

Quant à l'application SwissCovid, 54% des sondés ont indiqué qu'ils comptaient l'installer. Ils étaient 65% à envisager son téléchargement le mois dernier. Ces chiffres sont à mettre en regard avec la nécessité que 60% de la population utilise cette application pour qu'elle puisse déployer ses effets efficacement.

Sur le plan institutionnel, 66% des sondées réitèrent leur confiance au Conseil fédéral. Ils lui font même plus confiance qu'au début de la crise, quand 61% des sondés disaient vouer une confiance «grande ou très grande» envers le gouvernement.

Enfin, un renversement de tendance s'est opéré sur le plan économique: si 57% des sondés jugeaient la situation économique mauvaise en mai, ils ne sont plus que 44% actuellement. Le sondage a été réalisé du 5 au 8 juin 2020. Au total, 31'011 personnes dans toutes les régions du pays ont participé à l'enquête. La marge d'erreur est de +/- 1,1 point de pourcentage.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!