Territoire: Les Suisses vivent de plus en plus à l’étroit

Publié

TerritoireLes Suisses vivent de plus en plus à l’étroit

La surface de zones à bâtir augmente moins vite que la population. Résultat: la superficie par habitant diminue, avec de grandes disparités, selon les régions.

La population croît plus vite que la surface de constructions.

La population croît plus vite que la surface de constructions.

20min/Matthias Spicher

Entre 2017 et 2022, la surface des zones à bâtir «a augmenté de seulement 1%», a calculé l’Office fédéral du développement territorial (ARE). Autre constat: dans ce même laps de temps, dans ce même espace de zones à bâtir, la population est passée de 8,0 à 8,3 millions de personnes, soit une hausse de 4,1%. «Par conséquent, toujours plus de personnes vivent sur une surface qui est pratiquement restée constante», note l’ARE.

Si l’ARE juge que la surface totale est «stable», il note toutefois, ces dix dernières années, «environ 6000 hectares de terrains libres ont été construits, ce qui correspond à un peu plus de la superficie de la ville de Berne». «Le fait qu’il n’y ait pratiquement plus de nouvelles zones à bâtir est en grande partie dû à l’aménagement du territoire des cantons. Celui-ci impose aux communes de développer leur urbanisation vers l’intérieur et de construire de manière plus dense», note encore l’Office.

De grandes différences existent toutefois entre les régions du pays. Sans surprise, c’est dans les cantons urbains que la surface par habitant est la plus restreinte. On compte 107m² par habitant à Bâle-Ville, 169m² à Genève et 198m² à Zurich. À l’inverse, la palme du canton qui laisse le plus d’espace à sa population est le Jura, où elle est plus de cinq fois plus élevée que chez son voisin bâlois avec 586m². À noter que le canton de Vaud (283m²) se situe exactement sur la moyenne suisse (282m²).

(ywe)

Ton opinion

45 commentaires