Actualisé 19.10.2014 à 15:29

TourismeLes Suisses voyagent en Russie malgré la crise en Ukraine

La crise ukrainienne ne dissuade pas les touristes suisses de voyager en Russie. Certains spécialistes helvétiques de l'Europe de l'Est enregistrent même cette année une hausse de la demande.

La crise ukrainienne et les pressions internationales sur Moscou ne dissuadent pas les touristes suisses de voyager en Russie.(Photo d'illustration)

La crise ukrainienne et les pressions internationales sur Moscou ne dissuadent pas les touristes suisses de voyager en Russie.(Photo d'illustration)

Keystone

L'agence active en Europe orientale Kira Voyages ne constate pas de changement sur le plan des réservations, indique son directeur Reto Schläpfer. La demande a toutefois affiché une courbe après le crash en juillet de l'avion de ligne malaisien dans l'est de l'Ukraine en proie à la rébellion.

Kira Voyages fait état de plus de 2000 réservations de clients Suisses pour la Russie, ce qui représente une augmentation de 25% sur un an. Les séjours urbains à Saint-Pétersbourg et à Moscou, les croisières fluviales ainsi que l'itinéraire du Transsibérien ont toujours la cote.

Même son de cloche chez Globotrain. Ou encore Zermatt Rail Travel, qui propose l'itinéraire en train de Moscou à Pékin. Ces deux agences actives n'observent ni annulations ni problèmes dans le déroulement de leurs voyages russes.

Manque à gagner

Dans le sens inverse, les visites de Russes en Suisse ont, elles, marqué le pas. Selon les derniers chiffres de l'Office fédéral de la statistique, le nombre d'arrivées a chuté de 8% en août dernier par rapport à l'année précédente, à 18'534 unités.

Le conflit entre l'Ukraine et la Russie pourrait causer au niveau des recettes un manque à gagner de 9 à 12 millions de francs en 2014, estime Véronique Kanel, porte-parole de Suisse Tourisme, confirmant une information du Matin Dimanche. Pour la période de janvier à août 2014, les nuitées ont diminué de 6,9% par rapport à la même période de l'année précédente.

En termes de nuitées, le marché russe figurait en 2013 au 10e rang des marchés étrangers. L'an passé, le volume annuel s'est établi à 578'656 nuitées, soit 2,9% du total parmi les touristes étrangers.

Craintes pour l'avenir

Pour l'année prochaine, le tableau s'assombrit toutefois du côté de voyagistes suisses. Kira Voyages craint que la crise en Ukraine ne nuise à ses affaires. Pour l'heure, il n'existe cependant aucun signe d'affaiblissement de la demande, maintient son patron.

Le conflit en Ukraine a en revanche gelé les voyages vers la région. La demande est inexistante pour les croisières sur le fleuve Dniepr, vers la capitale Kiev, les villes de Lvov (Lviv) ou Odessa. Quant aux voyages culturels en Crimée, ils ne sont même plus offerts.

Pour rappel, le transporteur Swiss a supprimé son vol direct entre Zurich et Kiev à compter du 1er octobre, la ligne n'ayant pas évolué selon ses attentes. La situation politique difficile sur place n'a ensuite pas contribué à améliorer les choses.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!