25.01.2019 à 10:18

AfghanistanLes talibans nomment un nouveau négociateur

Le nouveau négociateur n'est autre que le mollah Abdul Ghani Baradar, cofondateur du mouvement taliban et susceptible de rallier les dissidents.

Les autorités afghanes ont déploré que les talibans s'obstinent à les exclure des discussions.

Les autorités afghanes ont déploré que les talibans s'obstinent à les exclure des discussions.

Keystone

Le mollah Abdul Ghani Baradar, cofondateur du mouvement taliban, a été nommé chef du bureau politique taliban à Doha où se déroulent depuis lundi des pourparlers avec des représentants américains. Les discussions visent à mettre fin à 17 ans de conflit en Afghanistan.

«Cette mesure a été prise pour renforcer et gérer correctement le processus de négociations en cours avec les Etats-Unis», a indiqué le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, dans un communiqué publié tard jeudi. «L'équipe de négociateurs talibans va poursuivre ses pourparlers avec les Etats-Unis», précise-t-il.

Cette annonce intervient alors que les insurgés ont indiqué jeudi avoir mené quatre jours de pourparlers avec des représentants américains à Doha. On ignore pour le moment si ces négociations doivent se poursuivre vendredi.

La durée de ces échanges, inédite selon des spécialistes, a donné lieu à des espoirs d'un accord ouvrant la voie à de véritables pourparlers de paix. Mais Washington, qui avait confirmé mardi des discussions au Qatar entre son émissaire pour l'Afghanistan Zalmay Khalilzad et des représentants des talibans, n'a fait aucun commentaire depuis.

Les autorités afghanes ont pour leur part déploré que les talibans s'obstinent à les exclure des discussions et souligné que tout accord nécessiterait leur approbation.

Un proche du mollah Omar

Abdul Ghani Baradar, ex-numéro deux de la rébellion islamiste, avait aidé le mollah Omar, décédé en 2013, à fonder le mouvement taliban. Arrêté au Pakistan en 2010 dans une opération considérée alors comme ayant porté un coup fatal au mouvement, il avait été libéré en octobre dernier à la suite d'une première rencontre à Doha, jamais confirmée par les Etats-Unis, avec Zalmay Khalilzad.

L'analyste militaire afghan Ateequllah Amarkhail le décrit comme «un poids lourd» taliban et estime qu'il peut avoir de l'influence sur le mollah Muhammad Rasool, chef d'une faction talibane dissidente.

«La nomination de Baradar pourrait unifier le mouvement taliban», estime-t-il, voyant «des raisons d'espérer que Baradar joue un rôle clé dans le rétablissement de la paix en Afghanistan». Outre la nomination du mollah Baradar, «de multiples changements ont également eu lieu dans les départements militaire et civil» talibans.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!