10.11.2020 à 17:37

Covid-19Les tests rapides de dépistage débarquent en Valais

Après Vaud et Fribourg, l’usage de tests antigéniques rapides pour le Covid-19 arrive en Valais. Le résultat est donné en 15 minutes.

Les tests rapides sont moins précis que la détection par PCR et les personnes malades sont moins souvent détectées

Les tests rapides sont moins précis que la détection par PCR et les personnes malades sont moins souvent détectées

Keystone

Les tests antigéniques rapides pour le Covid-19 arrivent dans les centres de dépistage à Viège, Sion et Martigny. Les pharmacies du canton suivront.

«La procédure est pratiquement la même que pour un test PCR», indique l’Hôpital du Valais dans un communiqué. Un frottis est réalisé au fond du nez, puis une gouttelette est déposée sur le test. En revanche, la personne testée reçoit le résultat après 15 minutes au lieu d’attendre plusieurs jours.

Si le test antigénique rapide est considéré comme un peu moins performant que les tests PCR, il ne s’agit pas d’un «dépistage au rabais. Il permet au contraire d’agir rapidement», insiste auprès de Keystone-ATS Florence Selz Amaudruz, médecin-cheffe au Service des urgences du Centre Hospitalier du Valais Romand.

Ce gain de temps se répercute sur la chaîne de transmission: «en cas de résultat positif, la personne testée va se sentir davantage concernée par sa mise en isolement et avertir, comme il se doit, directement ses contacts étroits afin qu’ils se mettent en quarantaine», ajoute-t-elle.

Lors de la séance du Grand Conseil qui a abordé l’octroi de crédits supplémentaires pour faire face à la crise liée au coronavirus, le président du gouvernement valaisan Christophe Darbellay a estimé que «les mesures draconiennes» prises en octobre avaient permis d’aboutir à «une amélioration de la situation». Le Valais est passé de la première place à la cinquième des cantons les plus touchés, a-t-il ajouté.

Dans le reste de la Suisse romande

Pour l’heure, ces tests sont disponibles uniquement dans les centres de dépistage de l’Hôpital du Valais. Mais les pharmacies devraient bientôt pouvoir aussi en disposer. «Nous allons former le personnel à l’utilisation de ces tests», ajoute Florence Selz Amaudruz, soulignant l’importance d’une bonne coordination entre les différents acteurs de la santé.

La situation est similaire dans le canton de Vaud, qui utilise ces tests depuis lundi dans ses centres de dépistage. Les pharmacies et les médecins généralistes seront intégrés dans un deuxième temps.

A Fribourg, ce type de test peut être réalisé depuis ce mardi dans les pharmacies autorisées et auprès d’une grande partie des médecins de premier recours. Genève a pour sa part annoncé que ces tests rapides seront déployés à large échelle dès mercredi. Dans le Jura, les tests sont annoncés pour ces prochains jours au centre de dépistage actuel. L’ouverture à des «acteurs privés» est en discussion.

Alléger la pression

Le test rapide est indiqué uniquement dans certaines situations. La personne doit présenter des symptômes depuis moins de quatre jours, ne doit pas faire partie des personnes vulnérables, ni travailler dans le domaine des soins, en contact avec des patients. Dans ce contexte, la performance du test rapide est très bonne.

L’introduction de ces tests rapides devrait alléger la pression sur les laboratoires et permettre une augmentation «massive» des capacités de test (+50’000), estime l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), interrogé par Keystone-ATS.

La Confédération a déjà commandé une première livraison d’environ 150’000 tests rapides aux cantons. D’autres livraisons peuvent être effectuées et il existe suffisamment de tests rapides. La capacité de tests sera portée à un total de 80’000 par jour.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!