Football - Les titres se gagnent dans ces moments-là
Publié

FootballLes titres se gagnent dans ces moments-là

Servette Chênois s'est incliné dans le choc au sommet de Women's Super League. Un contretemps, pas un drame. À condition d'évacuer la pression.

par
Florian Vaney
Amira Arfaoui (à genoux) et Marta Peiro.

Amira Arfaoui (à genoux) et Marta Peiro.

Eric Lafargue

Il y a comme de l'écho, un arrière-goût de déjà-vu. Les images qui reviennent datent de la fin du mois dernier. Déjà, les caméras de la RTS. Déjà, une arène qui impressionne. Celle du Wankdorf, où Servette Chênois tente de renvoyer la meilleure image possible, mais semble un peu diminué. À cause de la pression? C'est une hypothèse. Elle finit pas s'oublier, le dénouement est heureux (merci Maeva Sarrasin), les Genevoises nagent dans l'euphorie.

Le cadre de cette rencontre face à Young Boys est revenu au galop samedi. Toujours, les caméras de la RTS. Toujours, une arène qui intimide. Cette fois celle du Stade de Genève. Petit plus, ce supplément d'enjeu, avec un duel face à Zurich qui peut quasiment offrir le titre aux Grenat. Le scénario se répète. Servette Chênois est bousculé. L'équipe séduit par moment, souffre aussi. La sanction finit par tomber: cette fois, pas de retournement de situation, les choses ne rentrent pas dans l'ordre, Servette s'incline.

Des nerfs solides à quel point?

Considéré ce revers (1-2) comme un échec revient à estimer les Servettiennes largement supérieures à la meilleure équipe du pays de ces dernières années. Ce serait manquer de respect au FC Zurich, ce serait jouer le championnat avant sa conclusion. Au fond, bien au-delà du résultat, une seule chose interpelle aujourd'hui. Pour remporter un titre, il faut des nerfs solides. Ceux de Caroline Abbé et ses coéquipières le sont-ils suffisamment?

Difficile de penser le contraire après avoir vu les prouesses de Gaëlle Thalmann avec l'équipe de Suisse mardi dans une situation plus que tendue, ou au regard de l'expérience de l'ossature de la formation d'Eric Sévérac. Mais l'entraîneur grenat l'a tout de même concédé après le match de samedi: «Oui, la pression nous a un peu rattrapé. Disons, en tout cas nos plus jeunes.»

Les moments décisifs vont se succéder

Rien de dramatique lorsqu'on sait que les Genevoises comptent encore cinq longueurs d'avance en tête de Super League. Seulement, alors que tous les voyants étaient au vert, l'un d'eux a viré au rouge. Gagner des matches constitue une chose, soulever un titre en est une autre, qui nécessite le plus souvent une expérience commune de ces moments décisifs. Ceux-ci ne vont pas manquer dans l'horizon grenat, entre une fin de championnat plus tendue qu'elle n'aurait pu l'être et un parcours en Coupe de Suisse qui touche à sa fin (les quarts de finale sont prévus samedi prochain, Servette reçoit... Zurich).

Il convient de se souvenir de la pertinence avec laquelle cette équipe a été bâtie. Expérience, talent, qualités humaines, volonté de réussir: le mixte est bon, très bon même. Servette a des moyens, il les a investis intelligemment. Reste encore à tirer une fois ou deux dans la même direction et à faire fi de la pression pour propulser Servette Chênois tout en haut.

Votre opinion