Publié

Hong KongLes toilettes d'un magasin étaient utilisées comme bordel

La police de Hong Kong a fermé des maisons closes qui opéraient dans les toilettes d'un centre commercial à l'abandon.

La police de Hong Kong a fermé des maisons closes qui opéraient dans les toilettes d'un centre commercial à l'abandon.

La police de Hong Kong a fermé des maisons closes qui opéraient dans les toilettes d'un centre commercial à l'abandon.

Photo d'illustration, AFP

Les forces de l'ordre de Hong Kong ont arrêté des dizaines de personnes liées aux institutions du crime - triades - de ce territoire du sud de la Chine, a rapporté vendredi le quotidien South Morning China Post.

«Je crois que c'est la première fois que la police découvre des toilettes publiques transformées en bordels», a déclaré l'inspecteur Law Kwok-hoi au journal. Les prostituées, venant de Chine continentale, recevaient les clients dans les toilettes aménagées d'un centre commercial quasi à l'abandon, dans le nord de Hong Kong, près de la frontière avec la Chine continentale.

Les «filles» travaillaient également dans les locaux commerciaux ou les bureaux vides de ce centre commercial. Elles ne recevaient que des clients réguliers - une centaine par jour -, qui donnaient un code secret pour se voir ouvrir les portes, ajoute le journal. Ces maisons closes fonctionnaient depuis dix mois.

Une centaine d'arrestations

Lors de cette opération qui a duré 48 heures, la police a arrêté 51 femmes et 35 hommes. Un quart des personnes arrêtées sont soupçonnées d'avoir des liens avec les triades.

Selon le quotidien, ces raids de la police entrent dans le cadre d'une vaste opération des forces publiques au sein de la triade 14K, une des plus importantes et des plus violentes originaires du territoire.

Hong Kong autorise la prostitution, mais uniquement si elle est exercée de manière indépendante. La loi interdit à une tierce personne de vivre des bénéfices de ce métier, criminalisant dans les faits les agissements des souteneurs ou des réseaux de prostitution. Malgré la loi, beaucoup de prostituées, originaires souvent de la Chine continentale, travaillent sous le contrôle des triades.

(ats/afp)

Ton opinion