Hockey sur glace: Les tops et les flops lausannois de la rédaction
Publié

Hockey sur glaceLes tops et les flops lausannois de la rédaction

Les journalistes de Sport-Center ont élu leur taulier et leur déception de la saison régulière au Lausanne HC.

Josh Jooris versus Cody Almond.

Josh Jooris versus Cody Almond.

Keystone

----------

Grégory Beaud

Le top: Josh Jooris (attaquant)

Il était attendu comme un besogneux surtout apte à réaliser les tâches défensives. Josh Jooris a finalement été bien plus que ça durant sa première saison en National League. Il est peut-être le seul joueur du LHC à avoir été constamment au-dessus de la moyenne. Une très bonne pioche.

Le flop: Tyler Moy (attaquant)

Tellement maladroit devant le but, Tyler Moy donne l’impression d’être incapable de jeter un caillou dans le Léman. Après une première saison encourageante, l’ailier a très souvent déçu malgré bien des occasions de briller, notamment lors des nombreuses minutes jouées en power-play.

----------

Cyrill Pasche

Le top: Christoph Bertschy (attaquant)

Le Lion le plus remuant. Le Fribourgeois du LHC n’a pas connu beaucoup de matches «sans». Et même lorsque la réussite n’était pas au rendez-vous, son implication a été exemplaire. On peut dire qu’il a vraiment «mouillé le maillot». 33 points en 2018-2019, 34 points cette saison, il devrait toutefois franchir la barre des 40 points au vu de son talent et de son bagage technique.

Le flop: Ville Peltonen (entraîneur)

Ne pas réussir à tirer davantage d’une équipe avec de tels joueurs (Bertschy, Vermin, Genazzi, Jooris, Stephan, etc…) sous la main laisse perplexe. Peltonen a tout de même le mérite d’avoir tenu une saison et 47 matches avant que les dirigeants du LHC ne s’en rendent finalement compte...

----------

Jérôme Reynard

Le top: Josh Jooris (attaquant)

On ne savait pas quoi attendre de l’attaquant canadien à licence suisse, débarqué l’été dernier en provenance de AHL. Finalement, Jooris fait office de valeur sûre, match après match. Travailleur, tellement utile, et en même temps efficace, en témoignent ses 30 points (12 buts).

Le flop: Cody Almond (attaquant)

Jan Alston est associé à ce flop. Parce qu’on n’a pas compris ce que l’attaquant débarqué de Ge/Servette pouvait apporter au système de Ville Peltonen. Encore moins à l’aile. Un transfert incohérent. Ou la preuve qu’Almond avait été engagé avant le printemps 2018 et la signature de Peltonen. Le No 89 est en tout cas passé à côté de bien trop de matches par rapport à son statut de renfort, pour le moment.

----------

Christian Maillard

Le top: Tobias Stephan (gardien)

Grâce à sa mitaine toujours aussi sûre dans les moments chauds, sa présence rassurante dans la cage ou dans le vestiaire, son expérience dans les matches clé, Tobias Stephan a permis aux Lions de se retrouver du bon côté de la barre.

Le flop: Dustin Jeffrey (attaquant)

Depuis qu'on lui a signifié qu'il n'était pas conservé, au mois de novembre, le joueur de centre canadien a perdu de sa superbe et de son influence. Comme s'il avait déjà la tête à Berne.

----------

Grégoire Surdez

Le top: Tim Traber (attaquant)

Tim Traber n'est pas un leader technique, loin s'en faut. Mais dans une saison compliquée, il est sans doute l'un des Lausannois qui a le moins déçu. Capable de mettre de l'intensité, il a parfois réveillé une équipe qui a tellement manqué d'émotion tout au long de l'hiver.

Le flop: Cody Almond (attaquant)

Cody Almond a fait du Cody Almond dans une saison très compliquée pour son club. Durant son passage à Genève, le sympathique binational avait souvent laissé entrevoir qu'il était avant tout un joueur de beau temps. Son attitude, parfois nonchalante, a le don d'agacer ses coaches mais également le public. Le hic? Son salaire de ministre lui confère des responsabilités offensives qu'il n'a jamais pu assumer. L'arrivée d'un technicien nord-américain pourrait lui faire du bien.

Prochain épisode: Les tops et les flops genevois de la rédaction

Votre opinion