Suisse – «Les transports publics doivent évoluer, et ils le feront»

Publié

Suisse«Les transports publics doivent évoluer, et ils le feront»

Réunies au sein d’un colloque organisé par l’Union des transports publics, diverses entreprises ont proposé des solutions pour les transports publics de demain.

par
comm/aze
Photo d’illustration

Photo d’illustration

Laurent Guiraud

En Suisse, la part des transports publics sur le total du trafic – leur part modale – est de 28% des distances parcourues. L’Union des transports publics (UTP) a remarqué que ce chiffre stagnait depuis plusieurs années. Au vu de ce constat, l’UTP a mandaté une étude pour identifier les différentes mesures qui permettraient d’améliorer et d’accroître cette part.

Il en ressort qu’une bonne coordination des différentes entreprises de transports publics pourrait faire considérablement progresser cette part modale. L’UTP souligne toutefois que «la branche est innovante et agit déjà» comme le prouve le colloque intitulé «La mobilité et les transports publics de demain» qu’elle a organisé ce lundi à Berne. La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga y a participé.

Parmi les entreprises participantes se trouvaient notamment les CFF, CarPostal et la société Regionalverkehr Bern-Solothurn (RBS). Et elles ont présenté des exemples concrets de mesures visant à améliorer leur part modale.

«Flexibiliser la conception de l’horaire»

CarPostal envisage des bus «à la demande» à Appenzell ou encore un abonnement «mobility as a service» qui serait valable pour toutes sortes de formes de mobilité. Le président de la direction, Christian Plüss a expliqué à Berne que «les transports publics doivent évoluer, et ils le feront. Pour ce faire, nous mettons à profit les nouvelles possibilités numériques afin de commercialiser ensemble des solutions de mobilité intelligentes et interconnectées».

Le CEO des CFF, Vincent Ducrot partage ce point de vue. «Les différentes formes de mobilité doivent être encore plus intégrées à l’avenir», a-t-il expliqué. Il a ensuite présenté une volonté de «flexibiliser la conception de l’horaire» ajoutant qu’«une combinaison de mesures est également nécessaire à travers les modes de transport, l’aménagement du territoire et les offres». Il a exemplifié son propos avec la Haute école spécialisée de la Suisse italienne dont les horaires sont alignés depuis septembre sur ceux des trains régionaux. Une option qui «permet de mieux répartir la fréquentation et stimule la part modale».

De son côté, la société Regionalverkehr Bern-Solothurn (RBS) mise sur le meilleur confort possible. Son directeur Fabian Schmid a expliqué que le RBS était déjà en mesure «d’offrir l’utilité maximale aux pendulaires grâce à une cadence élevée, à des trains et des bus propres et de qualité et en soignant les détails en vue d’une excellente fiabilité».

Ton opinion

3 commentaires