Etude – Les transports publics sont moins chers qu’on le pense en Suisse
Publié

ÉtudeLes transports publics sont moins chers qu’on le pense en Suisse

Une comparaison internationale prenant en compte le pouvoir d’achat montre que les tarifs chez nous se situent dans la moyenne européenne. Côté vaudois, le projet pilote FlexiMob, prometteur, sera poursuivi encore un an.

par
Christine Talos
Si on achète en ligne son billet, il peut être bien meilleur marché qu’aux bornes des gares. 

Si on achète en ligne son billet, il peut être bien meilleur marché qu’aux bornes des gares.

20min/Simon Glauser

On le sait, la vie est chère en Suisse. Mais, selon une étude internationale menée dans sept pays européens, cette réputation ne se vérifie pas dans le secteur des transports publics. Les tarifs suisses se situent même dans la moyenne européenne, selon la Litra, le service d’information pour les transports publics en Suisse, qui a présenté les résultats de cette enquête mercredi.

L’étude interactive menée par le bureau de conseil et de recherche Infras a tenu compte du pouvoir d’achat des différents pays et a comparé les prix de différents ou types de voyage: à l’intérieur d’une ville, dans une ville avec campagne environnante, entre deux villes ou de la ville à la campagne. Résultat: c’est au Royaume-Uni que les transports sont les plus chers, en Autriche qu’ils le sont le moins. La Suisse se situe dans la moyenne inférieure.

Rapport prix/performance «exceptionnel»

En outre, les transports publics helvétiques se distinguent par la qualité de l’offre, notamment ferroviaire. «La Suisse présente un rapport prix/performance exceptionnellement bon», souligne Infras. Elle obtient le meilleur score pour la ponctualité, suivie de près par les Pays-Bas et l’Autriche. Notre pays occupe également la première place en termes de densité de l’offre. Les Suisses sont champions des déplacements en train, loin devant l’Autriche.

La Suisse obtient les meilleures notes pour la ponctualité, la densité du réseau et de l’offre.

La Suisse obtient les meilleures notes pour la ponctualité, la densité du réseau et de l’offre.

Les tarifs n’ont que peu augmenté depuis 2013

L’enquête, menée déjà en 2013, 2016 et 2018, montre aussi que les prix pour les adultes n’ont que peu augmenté en Suisse. «Ils se sont stabilisés et l’offre en tarifs s’est élargie avec des tarifs économiques, forfaits spéciaux à la journée ou offres de loisirs», selon Maura Killer, cheffe de projet chez Infras.

Jeunes: la Suisse compétitive également

En comparaison internationale, les trajets quotidiens entre deux villes éloignées sont particulièrement bon marché pour les jeunes, relève l’enquête. Grâce aux tarifs réduits, les trajets dans les centres-villes sont relativement peu chers. Les trajets en agglomération coûtent en revanche plus cher aux ados suisses que dans les autres pays européens étudiés, malgré les tickets étudiants.

1 / 4
Dans les trajets entre deux villes, c’est en Angleterre que cela coûte le plus cher, tant pour les adultes que pour les jeunes.

Dans les trajets entre deux villes, c’est en Angleterre que cela coûte le plus cher, tant pour les adultes que pour les jeunes.

Au sein des villes, là aussi la Suisse n’est pas la plus chère, ni pour les jeunes, ni pour les adultes.

Au sein des villes, là aussi la Suisse n’est pas la plus chère, ni pour les jeunes, ni pour les adultes.

Les trajets au sein d’une agglomération ont également été étudiés. Mais là, les jeunes Suisses doivent payer plus que la moyenne européenne. Seuls les jeunes Anglais paient plus cher.

Les trajets au sein d’une agglomération ont également été étudiés. Mais là, les jeunes Suisses doivent payer plus que la moyenne européenne. Seuls les jeunes Anglais paient plus cher.

Le FlexiMob vaudois sera reconduit

Une offre à réinventer

Le Covid a stoppé net la croissance continue du nombre de passagers. Après une chute de plus de 80%, le taux d’occupation des trains s’est stabilisé au 2e semestre 2021 à 70 -75% par rapport à avant la crise. En outre, la pandémie a fait chuter le nombre d’abonnements et plus de 60% des billets vendus sont désormais numériques. Bonne nouvelle quand même: «Les clients qui n’ont pas renouvelé leur abo se sont tournés vers d’autres produits, nous ne les avons pas perdus», selon Helmut Eichhorn, directeur de l’Alliance SwissPass.

Votre opinion

1 commentaire