Hockey sur glace: Les trois étoiles de la semaine
Publié

Hockey sur glaceLes trois étoiles de la semaine

Chaque semaine, «Le Matin» distribue ses bons points et récompense les trois meilleurs joueurs en National League.

par
Grégory Beaud

*** Benjamin Conz

Deux matches, un but encaissé. Difficile de faire mieux que le gardien jurassien d’Ambri. Sollicité à 62 reprises en deux parties, il n’a finalement capitulé qu’une fois, en tout début de match face au LHC. Grâce à Benjamin Conz, les Léventins ont remporté deux matches face à GE Servette (3-0) et Lausanne (2-1). Auteurs de mauvaises performances la saison dernière, le dernier rempart de la Valascia se relance en ce début de saison. A 26 ans, Benjamin Conz vit une nouvelle jeunesse au Tessin.

Image: Keystone.

** Patrick Geering (Zurich Lions)

Le défenseur du Hallenstadion est peut-être le joueur le plus discret de la ligue. Rarement pénalisé, jamais de mauvais coups. Toujours bien placé et tellement précieux. Si la production offensive a toujours fait partie de son jeu, Patrick Geering est en train de prendre une dimension supplémentaire depuis le début de saison. Quatorze points en quatorze matches. Des statistiques «Segeresques» pour le nouveau capitaine du Hallenstadion. Buteur contre Berne, il a réalisé un récital le lendemain contre Zoug avec trois points (un but et deux assists).

Image: Keystone.

* Sven Ryser (Lausanne HC)

Est-ce Jaromir Jagr qui a enfilé le maillot du Lausanne HC? Avec le numéro 68 et les cheveux qui sortent abondamment du casque, Sven Ryser pousse le déguisement particulièrement loin. Cette semaine, il a même ajouté une finition digne de la légende tchèque. Crédité d’un triplé face à GE Servette, il n’a finalement marqué «que» deux buts. Dimanche, contre FR Gottéron, il a à nouveau planté une fois. Sven Ryser, pour le moment, c’est l’assurance-vie du Lausanne HC. Surtout si Yannick Herren venait à manquer quelques matches en raison de sa blessure à l’épaule.

Image: Keystone.

Le joueur à suivre: Mark Streit (sans club)

D’habitude ce paragraphe est réservé à une bonne surprise. Mais changeons les habitudes. En bout de course à Montréal, Mark Streit sera libre de s’engager avec qui il veut dans les prochaines heures. Nul doute que le défenseur bernois placera le club de la capitale au sommet de ses priorités. Avec les Jeux olympiques qui approchent à grands pas, son retour en Suisse pourrait être plus rapide que certains ne l’imaginaient il y a peu. Alors, faites vos jeux. Où jouera l’homme 786 matches de NHL? La cote de Berne est tellement basse qu’elle ne devrait même pas être jouée. Et les autres? On s’est placé dans la peau d’un bookmaker et on vous propose les cotes suivantes:

Berne à 1,20 contre 1. Pourquoi Berne? Parce que c’est Berne. Besoin d’une autre explication?

Lugano à 2,5 contre 1. Pourquoi Lugano? Qui dit ancienne star de NHL dit argent. Qui dit argent dit Lugano.

Davos à 5 contre 1. Pourquoi Davos? Mark Streit y a joué trois ans. Il a peut-être oublié à quel point Arno Del Curto était génial et voudrait vivre à nouveau cela.

Zurich à 9 contre 1.Pourquoi Zurich? Pour gagner encore un titre.

Zoug à 15 contre 1. Pourquoi Zoug? Parce que l’équipe de Suisse centrale voit qu’elle a les moyens de remporter le titre et que son expérience pourrait être précieuse lors des moments qui comptent.

GE Servette à 35 contre 1. Pourquoi GE Servette? Parce que malgré le «plus petit budget de la ligue ©» les Aigles trouvent toujours un moyen de sortir quelques centaines de milliers de francs de leur poche arrière.

FR Gottéron à 100 contre 1.Pourquoi FR Gottéron? C’est le club où il a débuté sa carrière. Une manière de boucler la boucle.

Lausanne à 120 contre 1. Pourquoi Lausanne? Parce qu’il a déjà joué comme ailier au cours de sa carrière. Si Dan Ratushny avait encore été à la barre, la cote serait meilleure.

Bienne à 150 contre 1. Pourquoi Bienne? Pourquoi pas? Désolé on ne trouve pas meilleure explication.

Langnau à 1000 contre 1. Pourquoi Langnau? Les frites au paprika de l’Ilfis sont bonnes.

Ambri-Piotta à 1001 contre 1. Pourquoi Ambri-Piotta? Franchement, on ne sait pas.

Le bonnet d’âne: Nathan Gerbe (GE Servette)

Sur les trois matches de la semaine genevoise, l’ailier de poche n’en a disputé qu’un. Celui de mardi dernier contre Lausanne. Il a tout de même pu se distinguer avec seize minutes de pénalité. Il s’agissait de son deuxième match consécutif avec une sanction de dix minutes. Blessé selon le club lors des matches de jeudi et vendredi des Aigles, on ne tomberait pas à la renverse si l’on apprenait que l’irascible Nathan Gerbe a été envoyé au coin durant deux matches.

Votre opinion