FOOTBALL: Les trois Romands se retrouvent dans la gonfle
Publié

FOOTBALLLes trois Romands se retrouvent dans la gonfle

Servette, Lausanne et Sion sont tous, à des degrés divers, concernés par la terrible bataille pour le maintien. Qui s’en sortira? Lequel plongera? Deux experts arbitrent la lutte finale.

par
Nicolas Jacquier
En remportant samedi le derby lémanique, le LS de Mahou s’est rassuré tandis que Servette, représenté ici par Cognat, marque quelque peu le pas depuis la reprise.

En remportant samedi le derby lémanique, le LS de Mahou s’est rassuré tandis que Servette, représenté ici par Cognat, marque quelque peu le pas depuis la reprise.

Freshfocus

Ce que l’on pressentait déjà depuis un moment est devenu réalité ce week-end: faute d’opposition crédible, le titre n’échappera pas à Young Boys qui, comptant déjà 16 points d’avance, se succédera à lui-même d’ici peu pour fêter une quatrième couronne consécutive. Si la lutte pour le titre n’a plus d’intérêt, celle pour le maintien s’annonce par contre plus ouverte que jamais.

Hormis Bâle et sans doute Zurich, pas moins de sept clubs sont encore concernés par la bataille pour le maintien: de la lanterne rouge Vaduz (15 points) à Lugano (4e, avec 26 points), tous se retrouvent encore dans la gonfle, à des degrés divers. Parmi eux, les trois représentants romands: Servette, Lausanne et Sion, avec pour chacun des dynamiques différentes sinon contraires. Voyons leur parcours respectif en 2021:

Servette, le mieux placé du trio (6e), n’a engrangé que cinq points en cinq matches. En nette perte de vitesse depuis la reprise, le club «grenat» a surtout encaissé dix buts lors de ses quatre dernières sorties. Forcément, rien de très rassurant avant de se déplacer mercredi à Lugano pour y disputer son match en retard…

S’il a manqué sa reprise, Lausanne (7e) est aussi celui qui vient d’affronter deux fois le futur champion YB. Le néo-promu vaudois progresse à la moyenne de 0,66 point par match, deux fois moins vite que Vaduz, son compagnon d’ascension (1,33). Mais les protégés de Contini ont montré dans le derby lémanique une qualité de jeu de nature à les préserver d’une rechute…

Le FC Sion (8e) est l’équipe qui a le plus joué depuis la reprise, avec sept matches qui lui ont rapporté 9 points (1,28 de moyenne). Un bilan positif qui lui a permis de combler en grande partie le retard de six points qu’il possédait à la pause hivernale sur les deux clubs lémaniques. Un trio romand désormais directement sous la menace de Lucerne…

«Sion se cherche toujours. Au niveau du jeu présenté, cela reste assez pauvre. Offensivement, Grosso n’a pas trouvé la solution»

Gabet Chapuisat, consultant de Blue Sport

Alors qu’il reste 48 points en jeu, les positions sont bien sûr loin d’être figées. Si tous les scénarios sont envisageables, lequel a le plus de chances de se produire? «Pour s’en sortir rapidement, rien ne remplace une série positive, assure Gabet Chapuisat. La situation est telle que l’équipe aujourd’hui menacée qui remporterait trois matches de suite pourrait se retrouver sur le podium européen!»

Trop d’erreurs pour Servette

Quel regard le consultant de Blue Sport porte-t-il sur les trois clubs romands? «Servette a des soucis défensifs, reprend notre interlocuteur, on les voit multiplier les erreurs et encaisser beaucoup de buts malgré un Frick irréprochable. Ils se sont fait bouffer dans le derby. Avec un vrai 3-5-2, Lausanne devient plus compétitif. Au milieu, Puertas s’éclate et Mahou est un renfort intéressant. Sion, de son côté, se cherche toujours. Au niveau du jeu présenté, cela reste assez pauvre. Offensivement, Grosso n’a pas encore trouvé la solution.»

Chapuisat ne mettrait en revanche pas une pièce sur Vaduz. «Il y a eu un sursaut mais ses joueurs n’échapperont pas à la dernière place. Sur la longueur, ils vont couler.»

Nouvel état d’esprit à Tourbillon

Dans une lutte qui concerne dorénavant potentiellement aussi Saint-Gall, Stéphane Grichting estime que les Valaisans possèdent les moyens de s’en sortir pour éviter la place de barragiste. «Ils en ont en tout cas le potentiel, explique l’ancien international helvétique. Sans parler que le groupe est irréprochable au niveau de son engagement. Les gars ne lâchent rien. Cela faisait longtemps que l’on n’était pas habitué à voir un tel état d’esprit sur la pelouse.» Reste le cas des duellistes lémaniques. «Servette apparaît moins solide qu’avant alors que Lausanne est capable de perdre ou de gagner contre tout le monde. Mais je sens ces jeunes en train de monter en puissance.»

«Tout est affaire de dynamique. Quand celle-ci est positive, tu t’entraînes aussi différemment. Tout devient moins pesant»

Stéphane Grichting, ancien international helvétique

Pour Grichting, le trio romand se retrouve à la croisée des chemins. «Tout est affaire de dynamique, dit-il. Quand celle-ci est positive, tu t’entraînes aussi différemment. Tout devient moins pesant.» La 9e place, celle de barragiste, demeure à éviter à tout prix compte tenu de la glorieuse incertitude sportive qu’elle peut générer. «Dans des barrages aller-retour, rappelle Gabet Chapuisat, il n’existe aucune certitude pour l’équipe de Super League. Tout est remis à plat, donc source de danger»

Si Vaduz, décramponné après son naufrage lucernois (défaite 4-0), part de plus loin, qui sera le «Pierre Noir» au terme de la 36e journée prévue le 21 mai? Les paris risquent d’être ouverts assez longtemps

Votre opinion