Bienne - «Les trottinettes mettent en péril la sécurité des piétons»
Publié

Bienne«Les trottinettes mettent en péril la sécurité des piétons»

À peine mis en service, le service de location de trottinettes électriques énerve déjà les piétons biennois.

par
Vincent Donzé
À Bienne, ici délaissée à la place Centrale, les trottinettes électriques en libre-service sont entrées en fonction le 1er mars dernier.

À Bienne, ici délaissée à la place Centrale, les trottinettes électriques en libre-service sont entrées en fonction le 1er mars dernier.

Lematin.ch/Vincent Donzé

Depuis leur apparition à Bienne, le 1er mars dernier, les trottinettes électriques en libre-service de l’entreprise Zisch font des mécontents. Qu’elles soient déposées en travers d’un trottoir ou qu’elles descendent à toute vitesse dans le quartier en pente de Beaumont, ces engins agacent les piétons.

Les trottinettes sont soumises aux mêmes règles que les vélos: elles sont interdites sur les trottoirs et dans les zones piétonnes, sauf entre les mains d’un enfant de moins de 12 ans.

La conseillère de ville Bettina Epper (Les Verts) a résumé l’énervement exprimé sur les réseaux sociaux: «Les trottinettes de Zisch qui traînent un peu partout ou qui circulent sur les trottoirs mettent en péril la sécurité des piétons et aggravent les problèmes dus au manque de place sur les trottoirs», explique-t-elle dans le «Bieler Tagblatt», avec une pensée pour les personnes avec des poussettes ou en chaise roulante, pour qui il est difficile de contourner les trottinettes qui traînent.

Leur place attitrée: les parcs à vélos, ici à la vieille-ville, près du Pont-du-Moulin.

Leur place attitrée: les parcs à vélos, ici à la vieille-ville, près du Pont-du-Moulin.

Lematin.ch/Vincent Donzé

Une Verte contre les trottinettes électriques en location? «Les trottinettes électriques ont un piètre bilan carbone, autant par rapport à leur fabrication qu’à leur durée de vie. Elles sont vite hors d’usage et elles finissent à la casse. Sans compter qu’elles sont plus volontiers utilisées par les piétons que par les automobilistes, peu enclins à abandonner leur voiture», a expliqué l’écologiste, citée par «Le Journal du Jura».

Face à cette grogne, le «Bieler Tagblatt» s’est demandé si l’entreprise Zisch fait suffisamment le ménage, ou si la faute incombe aux utilisateurs. «Nous avons récemment augmenté de 50 à 100% le taux d’occupation de notre employé à Bienne», a répondu Sascha Aplas, patron de Zisch. La tâche de l’employé biennois consiste à collecter les trottinettes abandonnées pour les placer dans les stations de vélo.

Le directeur de l’entreprise Zisch envisage de poser des flyers d’informations sur les trott’.

Le directeur de l’entreprise Zisch envisage de poser des flyers d’informations sur les trott’.

Lematin.ch/Vincent Donzé

Pour remédier aux incivilités, Sascha Aplas envisage de fixer des flyers sur les trottinettes et d’envoyer des messages via l’application, histoire de sensibiliser les clients à cette problématique et les prier de respecter les règles de circulation.

Bettina Epper soumettra deux propositions aux autorités municipales. Soit annuler immédiatement toute autorisation de louer des trottinettes électriques, soit subordonner cette autorisation à la suppression de places de parc le long des rues pour fournir davantage d’espace aux deux-roues sur la route. Sa préférence va à la deuxième solution.

Votre opinion

41 commentaires