Actualisé 23.02.2012 à 22:40

Violences à La RéunionLes troubles se propagent dans plusieurs villes

Des troubles ont été signalés dans plusieurs villes de La Réunion dans la nuit de jeudi à vendredi, où des affrontements sporadiques ont opposé des groupes de jeunes aux forces de l'ordre.

Jeunes et policiers s'affrontent à La Réunion.

Jeunes et policiers s'affrontent à La Réunion.

AFP

Les villes de Saint-André, Saint-Louis, Saint-Pierre, Etang-Salé ont été le théâtre de nouvelles violences.

Des heurts ont eu lieu aussi au Chaudron mais, ils ont été «moins virulents» que les deux précédentes nuits, selon la préfecture.

Les troubles se sont propagés dans une dizaine de ville de La Réunion au fil de la nuit mais aucun pillage n'a été signalé.

Quelques voitures et poubelles ont été incendiés, selon le directeur de cabinet du préfet Benoît Huber, à 0h30 locales (21h30 à Paris).

Dans le sud de l'île, à Saint-Louis, les incidents se sont produits dans le centre-ville, en face de la mairie où les forces de l'ordre ont dû intervenir à plusieurs reprises pour dégager la route et disperser une cinquantaine de manifestants dont la plupart étaient des mineurs à peine âgés de 15-16 ans.

Poubelles enflammées

La police a procédé à 26 interpellations. Le même scénario s'est produit dans les communes voisines de l'Etang-Salé et de Saint-Pierre, capitale du sud de l'île où quelques voitures ont été incendiées et des poubelles enflammées mises en travers de la chaussée, par des jeunes, nécessitant l'intervention des pompiers.

Dans l'est de l'île, à Saint-André, les affrontements ont opposé des petits groupes de jeunes aux policiers à proximité d'une grande surface, dans le centre-ville. Une voiture a été incendiée.

Des centaines de curieux étaient massés sur les trottoirs pour assister aux incidents. Des pierres étaient lancées contre les policiers qui ripostaient à coups de grenades lacrymogènes et de gomme-cogne.

A Sainte-Marie, commune voisine de Saint-Denis, une voiture a été incendiée. A Saint-Benoît, un gendarme a été atteint au visage par un coktail molotov et blessé assez sérieusement.

Dans le nord, les heurts ont été moins violents que la veille, a affirmé Benoît Huber.

Visage masqué

«Aucun pillage de magasin, aucune dégradation de commerces ou de bâtiment public n'a été constaté», a-t-il souligné.

Dans le quartier du Chaudron, à Saint-Denis, une centaine de jeunes, le visage masqué par leur tee-shirt, ont toutefois continué à attaquer les forces de l'ordre avec des cocktails molotov et des pierres, sous les yeux de 2 à 300 badauds, massés sur les trottoirs.

Dans plusieurs autres quartiers de Saint-Denis, quelques artères étaient interdites à la circulation en raison de la présence de poubelles enflammées sur la chaussée. Une voiture a été incendiée sur le parking du palais de justice de Saint-Denis.

A minuit, les affrontements se poursuivaient.

La baisse d'intensité des violences, malgré l'extension des troubles aux quatre coins de l'île, pourrait s'expliquer par les condamnations prononcées jeudi par le tribunal de Saint-Denis à l'encontre des casseurs arrêtés les jours précédents, selon la préfecture.

Quatre jeunes ont écopé des peines allant de 6 mois à 2 ans ferme.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!