21.08.2015 à 08:32

ChineLes usines chimiques de Pékin présentent des risques

Des inspections ont été faites dans les usines chimiques après la catastrophe de Tianjin. Près de 70% d'entre elles présentent de hauts risques.

1 / 28
Après la catastrophe de Taijin, Pékin revoit les conditions de sécurité des usines chimiques. (Vendredi 21 août 2015)

Après la catastrophe de Taijin, Pékin revoit les conditions de sécurité des usines chimiques. (Vendredi 21 août 2015)

Keystone
Le gouvernement s'est engagé à mener une enquête précise et à en publier les conclusions dans les meilleurs délais, selon une information de Chine nouvelle publiée samedi 22 août.

Le gouvernement s'est engagé à mener une enquête précise et à en publier les conclusions dans les meilleurs délais, selon une information de Chine nouvelle publiée samedi 22 août.

Keystone
Un niveau excessif de cyanure a été détecté près de la zone d'explosion. Des milliers de poissons ont été retrouvés morts sur les rives de la rivière Haihe. (Jeudi 20 août 2015)

Un niveau excessif de cyanure a été détecté près de la zone d'explosion. Des milliers de poissons ont été retrouvés morts sur les rives de la rivière Haihe. (Jeudi 20 août 2015)

Reuters

Des risques pour la sécurité ont été repérés dans près de 70% des entreprises manipulant des produits chimiques dangereux, inspectées à Pékin, rapportent des médias chinois.

Ces inspections ont été ordonnées à la suite de la catastrophe de Tianjin qui a fait 114 morts il y a plus d'une semaine.

Citant le Bureau de la sécurité au travail, l'agence officielle de presse Chine nouvelle précise que sur les 124 sites inspectés à Pékin, 85 présentent des risques. Deux d'entre eux ont été fermés d'autorité pour non respect des normes de sécurité.

«Les compagnies qui n'ont pas réussi nos inspections seront mises en demeure de suspendre leurs opérations et leurs entrepôts seront placés sous une surveillance 24 heures sur 24», a déclaré le vice-président du Bureau de la sécurité au travail de Pékin, Qian Shan.

Parmi les sites repérés, les inspecteurs ont découvert par exemple que le personnel de sécurité de la branche pékinoise du groupe de pétrochimie Sinopec connaissait mal les procédures d'extinction d'incendie dans des cuves de pétrole. Ils se sont également aperçus que des employés fumaient dans des dortoirs situés à proximité du site.

Cyanure de sodium

La catastrophe de Tianjin, dixième port mondial situé à 200 kilomètres environ de Pékin, a conduit à un examen national des conditions de sécurité dans l'industrie chinoise. Survenue le 12 août, l'explosion a fait 114 morts, plus de 700 blessés et contraint à l'évacuation de milliers d'habitants.

Les autorités ont confirmé que plus de 700 tonnes de cyanure de sodium, un composé chimique mortel, étaient stockées dans l'entrepôt qui a explosé.

Des niveaux de cyanure très largement supérieurs au seuil de tolérance ont été relevés dans des points d'eau près du site du drame. Malgré ces résultats alarmants, les autorités ont déclaré que l'eau du robinet continuait d'être potable.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!