23.09.2015 à 09:02

IndeLes vendeurs de chèvres misent sur la vente en ligne

Loin de l'agitation qui règne sur les marchés en cette période précédant la plus grande fête de l'Islam, les éleveurs proposent leurs bêtes sur internet.

Image d'illustration.

Image d'illustration.

AFP

Habitués depuis des décennies à courir les marchés avant l'Aïd el-Kébir, les éleveurs de chèvres indiens s'aventurent désormais dans l'e-commerce. Les chèvres, tout comme les moutons, sont traditionnellement abattus à l'occasion de la plus grande fête de l'Islam. A cette occasion, les musulmans sacrifient des animaux et les partagent avec famille, amis et les plus pauvres.

Sur les marchés indiens, éleveurs et acheteurs ont l'habitude de se livrer à d'intenses tractations dans les semaines précédent l'Aïd pour la vente de milliers de chèvres spécialement élevées pour l'occasion.

Ventes plus tranquilless

Mais les éleveurs indiens se tournent de plus en plus vers des portails connus de petites annonces sur internet, comme Quikr et Olx, pour écouler plus tranquillement leurs bêtes.

«Je reçois dix à quinze appels par jour», raconte Qaiser Khan, qui vient du désert du Rajasthan, dans le nord du pays. Khan a l'habitude de voyager plusieurs semaines loin de chez lui pour écumer les marchés avant l'Aïd. Mais, cette année, il a déjà vendu cinq ou six chèvres en ligne, dont l'une pour 250'000 roupies (3750 fr.).

«C'est également plus facile pour les clients. Nous livrons chez eux. La plupart de mes amis vendent leur bétail en ligne», explique Khan, qui précise que sa meilleure chèvre n'a été nourrie que d'amandes et de lait depuis un an.

Pas le même charme

Sur l'un des sites, les vendeurs proposent une multitude de «grosses chèvres noires» ou de chèvres «premium». Ceux qui viennent sur le marché traditionnel d'Old Delhi dédaignent ce nouveau filon, estimant que les clients préfèrent voir l'animal avant de faire leur choix.

«Ces ventes sont encore modestes, il n'y a pas d'impact sur notre activité», dit Juma Shah, qui vient de Moradabad, également dans le nord du pays. «Les chèvres vendues en ligne sont plus chères que celles vendues sur ce marché», ajoute-t-il.

Altamash Qureshi, qui vend quatre chèvres pour le prix ahurissant de 4 millions de roupies (environ 60'000 francs) estime que la vente en ligne n'a pas le charme des marchés traditionnels. «Le marché a son charme, qui est inégalable. Je trouve les clients pour mes chèvres au milieu de la boue et de cette odeur infecte», dit-il.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!