Fédérales 2015: Les Vert'libéraux champions des apparentements

Publié

Fédérales 2015Les Vert'libéraux champions des apparentements

En matière d'apparentements de listes pour les élections fédérales du 18 octobre, les Vert'libéraux sont le parti le plus souple.

En 2011, les apparentements de listes ont permis aux Vert'libéraux de décrocher pas moins de cinq de leurs onze sièges au National.

En 2011, les apparentements de listes ont permis aux Vert'libéraux de décrocher pas moins de cinq de leurs onze sièges au National.

Keystone

Ils ont des partenaires aussi bien du côté bourgeois que dans le camp de la gauche. L'UDC, pour sa part, s'est alliée dans la plupart des cantons avec des petits partis.

En 2011, les apparentements de listes ont permis aux Vert'libéraux de décrocher pas moins de cinq de leurs onze sièges au Conseil national, selon les calculs du politologue Werner Seitz. Aucun autre parti n'a autant profité des apparentements. Pour défendre ses sièges en automne, le Parti vert'libéral (PVL) mise sur des alliances variables.

Rose-Vert-Vert'libéral

Dans les Grisons, le PVL s'est allié à contrecoeur avec le PS. Il aurait nettement préféré s'associer à l'apparentement entre le PLR, le PDC et le PBD, qui avait apporté un mandat en 2011. Son objectif aurait été de ravir un siège du PS au profit de l'alliance bourgeoise.

A Lucerne, on trouve une alliance rose-Verts-Vert'libéraux. Pour éviter que le siège du PVL ne revienne à l'UDC, les partis font aussi fi de leurs divergences. Depuis les élections cantonales lucernoises, le fauteuil des Vert'libéraux est considéré comme menacé, car la force électorale du parti a reculé.

La même alliance a été conclue dans le canton de Schwyz. Le PVL a certes proposé un apparentement au PDC, au PLR, au PS et aux Verts. Mais au final, la collaboration n'a abouti qu'avec le PS et les Verts. Le PLR a justifié son refus en affirmant qu'il voulait miser sur les contenus et non sur la mathématique. Le PDC a renoncé pour les mêmes raisons.

Cinq partis associés en Thurgovie

En Argovie, le PVL s'est en revanche apparenté au bloc du centre, auquel appartiennent aussi le PBD, le PEV, le Mouvement social libéral et l'association Ecopop. Cette dernière, ainsi que le Parti pirate, est aussi associée dans le canton de Zurich avec l'apparentement du centre réunissant PDC, PEV, PBD et PVL.

Cette alliance du centre - sans les Pirates ni Ecopop - est aussi présente, entre autres, à Bâle-Ville, Soleure et dans le canton de Vaud. A Zoug, en revanche, le PVL marche main dans la main avec le PLR et le PDC.

Dans le canton de Thurgovie, cinq partis ont conclu un apparentement commun: le PLR, le PDC, le PEV, le PBD et le PVL. En 2011, le PVL avait soufflé un siège au PLR grâce à sa collaboration avec le PEV, l'UDF et le PBD. Il avait décroché un mandat avec un score de 5,2%, alors que le PLR avait atteint 11,2%.

A Bâle-Campagne, l'apparentement de 2011 entre le PVL, le PDC, le PEV et le PBD n'a pas été reconduit. Le PVL s'est associé cette année avec les Verts-indépendants, le PDC avec le PBD alors que le PEV reste seul. En 2011, le PDC avait obtenu le siège d'Elisabeth Schneider-Schneiter grâce à l'apparentement, selon Werner Seitz.

A St-Gall, le PVL n'a pu que s'allier au Parti pirate pour tenter de défendre le fauteuil de Margrit Kessler, conquis en 2011. Les partenaires d'il y a quatre ans - PDC, PBD et PEV - ont reconduit leur collaboration, mais sans le PVL.

L'UDC seule dans de nombreux cantons

En 2011, les apparentements ont coûté une perte de huit sièges à l'UDC, selon les calculs de M. Seitz. En vue de l'échéance de cet automne, le parti n'a conclu dans beaucoup de cantons que des alliances avec des petits partis. A Berne, par exemple, l'UDC est apparentée avec le parti Parlement des Alpes.

Dans le canton de Vaud, où l'UDC et le PLR avaient collaboré en 2007 et 2011, les deux formations partent séparées cette année. Le PLR a rompu l'alliance en faisant valoir des raisons thématiques.

Dans les Grisons, l'UDC n'était pas la bienvenue dans l'apparentement entre le PLR, le PDC et le PBD. Elle a donc fait alliance avec les démocrates patriotiques libéraux. A Zurich, St-Gall, Thurgovie et Fribourg, c'est l'UDF qui fait office de partenaire de l'UDC, à Lucerne les Seniors actifs.

Au Tessin, l'UDC s'est associée à la Lega - les élus de la Lega collaborent aussi à Berne avec le groupe UDC. A Genève, le Mouvement Citoyens Genevois est partenaire de l'UDC.

On relève toutefois quelques exceptions: dans le canton d'Argovie, l'UDC fait équipe avec le PLR et le PDC, ainsi qu'avec l'UDF, qui participe aussi à cet apparentement. A Schaffhouse et Bâle-Campagne, le PLR et l'UDC font aussi cause commune. En 2011, les deux formations ne s'étaient alliées que dans le canton de Vaud.

Alliances de gauche fréquentes

A Fribourg, les partis bourgeois partent au combat en rangs dispersés. Le PLR n'a voulu s'associer ni avec le PDC ni avec l'UDC - son partenaire est maintenant le PBD. Le PDC, pour sa part, ne peut compter que sur les Vert'libéraux.

A Lucerne, les concurrents historiques que sont le PLR et le PDC ont trouvé un terrain d'entente. La collaboration inclut aussi le PBD et le PEV. A Genève aussi, PLR et PDC ont conclu un apparentement.

Au Tessin, le centre est aussi divisé: le PDC s'est associé au PVL, alors que le PLR est seul. A Zurich aussi, les libéraux-radicaux se retrouvent isolés. Dans le canton de St-Gall, ils se sont associés avec les écologistes libéraux (Umweltfreisinnige), qui n'avaient pas de liste propre en 2011.

Dans la plupart des cantons où le délai pour l'annonce des apparentements est échu, le PS et les Verts sont partenaires. Au Tessin, en revanche, les deux partis partent séparés. En 2011, selon Werner Seitz, les apparentements de liste ont apporté deux sièges au PS, alors que le bilan était nul pour les Verts.

(ats)

Ton opinion