Publié

SécuritéLes villes veulent renforcer la prévention et la répression

Il faudra notamment renforcer la prévention de la violence et fournir des ressources suffisantes aux organisations de sécurité, selon l'étude «Villes suisses sûres 2025», menée par l'Union des villes suisses.

Opération de la police à Lausanne (archives)

Opération de la police à Lausanne (archives)

Keystone

Les villes suisses devront relever ces prochaines années de nombreux défis sécuritaires.

Le travail social devra être intensifié, a expliqué mardi l'organisation faîtière dans un communiqué. L'importance d'une communication active et de conditions juridiques adéquates figurent également dans le catalogue de stratégies et d'actions possibles proposé par l'enquête, à laquelle ont activement participé 33 villes-pilotes de Suisse alémanique et romande.

Une politique de sécurité «proactive intégrale» devra être visée à l'avenir, estime le maire de Winterthour Michael Künzle, qui a toutefois reconnu que les cités suisses demeurent très sûres en comparaison internationale. L'Etat et les services privés devront collaborer afin de réagir de manière flexible et immédiate, selon le maire de Wettingen (AG) Markus Dieth.

L'intégration des organisateurs de manifestations ne doit pas être oubliée, a souligné Morella Frutiger, déléguée à l'Observatoire de la sécurité à Lausanne. Garantir la sécurité des habitants constitue une tâche cruciale des autorités urbaines, également parce qu'elle représente un facteur d'implantation toujours plus important, a souligné l'organisation.

L'étude, menée en collaboration avec le bureau Ernst Basler Partner, identifie plusieurs menaces futures liées à l'urbanisation grandissante. Parmi celles-ci, elle nomme les conflits d'utilisation dans l'espace public, les fissures sociales, une dépendance croissante à l'égard de la technique, la propagation possible de pandémies ou les changements climatiques.

(ats)

Votre opinion