Publié

Procès du guérisseurLes virus des victimes du guérisseur ont la même souche

Les virus des victimes présumées du guérisseur ont très clairement la même souche, a déclaré un expert du Centre National de Rétrovirus (CNR) de l'Université de Zurich. La défense demande une seconde expertise.

(Image d'illustration)Le prévenu aurait contaminé, via des séances d'acupuncture entre 2001 et 2005, seize personnes avec le virus du HIV et parfois aussi avec celui de l'hépatite C.

(Image d'illustration)Le prévenu aurait contaminé, via des séances d'acupuncture entre 2001 et 2005, seize personnes avec le virus du HIV et parfois aussi avec celui de l'hépatite C.

Keystone

Les 16 personnes ont été contaminées par la même source, selon l'expertise phylogénétique de Jürg Schüpbach. Il n'est toutefois pas à exclure théoriquement que certaines victimes se soient infectées mutuellement, ajoute l'expert du CNR. L'éclaircissement de cette question est laissé à l'appréciation du tribunal.

Jürg Schüpbach exclut une transmission en série du virus, passant d'un individu A à B, puis de B à C, et ainsi de suite. Le virus se serait dans ce cas de figure modifié au fil des transmissions. Les analyses ont en revanche démontré que les virus des plaignants s'avèrent très similaires.

Seconde expertise demandée

L'avocat de l'accusé de 54 ans a déjà exprimé à plusieurs reprises ses doutes au sujet de l'expert Jürg Schüpbach. Il reproche à celui-ci une attitude chargée de préjugés à l'égard du suspect. Il avait pour cette raison demandé en préambule au procès qu'une seconde expertise indépendante soit menée à l'étranger, sans succès jusqu'ici.

Jürg Schüpbach a réfuté ces critiques devant le tribunal. Il a souligné qu'il mène de telles expertises depuis les années 1990 et qu'il se réjouit chaque fois qu'il peut prouver l'innocence d'un suspect. Son équipe et lui-même ont travaillé au plus près de leur savoir et de leur conscience, a-t-il ajouté.

Le procès du guérisseur a débuté mercredi devant le tribunal régional de Berne-Mittelland. Il devrait durer un peu plus de deux semaines. Le jugement est prévu pour le 21 ou le 22 mars.

(ats)

Votre opinion