Suisse: Les voyageurs arrivant ici ne respectent pas la quarantaine
Actualisé

SuisseLes voyageurs arrivant ici ne respectent pas la quarantaine

La NZZ am Sonntag a fait les comptes: moins de la moitié des personnes revenant de pays à risque respectent la quarantaine. Quelque 6000 personnes venant de pays à risque sont arrivées dans notre pays ces dernières semaines.

par
ATS/NXP
Photo d’illustration prise à Genève aéroport.

Photo d’illustration prise à Genève aéroport.

AFP

Depuis l'introduction de la quarantaine obligatoire pour les voyageurs provenant de pays à risque le 6 juillet dernier, quelque 6000 personnes sont arrivées en Suisse via les aéroports de Genève, Zurich et Bâle en provenance de ces pays où les foyers de contamination sont denses.

Or, 25 des 26 cantons avaient annoncé le 17 juillet que seules 630 personnes étaient en isolement et 2328 en quarantaine, constate la NZZ am Sonntag. Moins de la moitié des personnes revenant de pays à risque respectent la quarantaine, selon le journal qui explique ainsi la hausse des cas de Covid-19 ces derniers temps.

Face à la hausse des cas de coronavirus en Suisse, plusieurs cantons ont d’ailleurs augmenté leur effectif d'enquêteurs chargés du traçage des contacts des personnes déclarées positives au SARS-CoV-2, relate Le Matin Dimanche. «Nous avons encore de la marge», assure dans le journal Delphine Berthod, médecin adjointe au service valaisan des maladies infectieuses.

Saturation redoutée

Mais si le nombre d’infections continue à croître, les cantons risquent d’être débordés. Ils essaient donc de mettre en place une collaboration intercantonale. «L'idée est qu'une équipe pourrait venir en aide à une autre si elle est sous l’eau», indique le médecin cantonal adjoint neuchâtelois, Laurent Kaufmann.

Mais «il est certain que si l’épidémie devait de nouveau évoluer trop fortement, il y aurait un moment où tous nos efforts seraient vains», admet Karim Boubaker, médecin cantonal vaudois. Son homologue jurassien, Christian Lanz, estime que ce seuil se situe autour de 200 à 300 nouveaux cas quotidiens en Suisse. «Au-delà [...] un traçage n’aurait plus de sens».

Davantage de contrôles aléatoires

Le président de la faîtière des médecins cantonaux Rudolf Hauri réclame des contrôles dans tous les avions et bus qui reviennent de pays considérés comme à risque. Il demande aussi une campagne d'information à l'intention des voyageurs concernés.

Pour Rudolf Hauri, ces contrôles sporadiques constituent un signal important, dit-il dans un entretien diffusé dimanche par la NZZ am Sonntag. Mais pour lui, la Confédération devrait prendre plus systématiquement un échantillonnage de chaque avion et chaque bus.

L'OFSP a annoncé vendredi une campagne d'information à l'intention des voyageurs arrivant en Suisse: les indications seront désormais données à bord des bus et des avions avant l'entrée dans le pays. Des affiches seront également placées aux frontières.

Votre opinion