Nouvelles menaces  – Les vrais «James Bond» ont besoin de l'aide de la tech
Publié

Nouvelles menaces Les vrais «James Bond» ont besoin de l'aide de la tech

«C», alias le chef du MI6, estime que son service ne peut plus faire tout seul, comme Q dans les films Bond. Il appelle à s'adapter aux menaces venant d'États comme la Chine ou la Russie.

Le célèbre siège du MI6, à Londres. 

Le célèbre siège du MI6, à Londres.

REUTERS

Le renseignement extérieur britannique, le MI6, doit travailler avec le secteur de la tech pour être plus efficace face aux menaces terroristes, criminelles et venues d’États hostiles, va plaider mardi son chef, Richard Moore, lors d’une rare allocution publique. Selon des extraits de son discours, le patron du MI6, seul membre du service dont le nom est public, expliquera que les services de renseignement ne peuvent lutter seuls face aux avancées technologiques comme l’intelligence artificielle. Il s’exprimera lors d’un discours à l’Institut international d’études stratégiques, un groupe de réflexion basé à Londres.

«Nos adversaires mettent de l’argent et de l’ambition dans l’intelligence artificielle, l’informatique quantique et la biologie de synthèse, car ils savent que la maîtrise de ces technologies leur donnera un avantage», doit dire M. Moore, qui a pris en octobre 2020, le poste de chef du MI6, où il est connu sous le nom de «C».

Partenariats avec la tech

«Un service de renseignement doit être à l’avant-garde de ce qui est technologiquement possible. Ce qui est nouveau, c’est que nous poursuivons maintenant des partenariats avec la communauté technologique pour aider à développer des technologies d’envergure internationale pour résoudre nos plus grands problèmes de missions, et ceux du MI5 et du GCHQ», autres services de renseignement britanniques. «Contrairement à Q dans les films Bond, nous ne pouvons (plus) tout faire en interne», doit déclarer M. Moore, en référence au personnage de la saga 007, pas en matière de nouvelles technologies.

Cela représente selon lui un «changement radical dans la culture, l’éthique et la façon de travailler du MI6» qui s’est auparavant appuyé sur ses «propres capacités pour développer les technologies» de premier plan. Mais M. Moore doit expliquer que les menaces criminelles, terroristes et émanant d’États hostiles «augmentent de façon exponentielle».

Plus de progrès en dix ans qu'en un siècle

Il a prévu d'avertir que «selon certaines évaluations, nous pourrions connaître plus de progrès technologiques les dix prochaines années qu’au cours du siècle dernier, avec un impact en termes de perturbations égal à celui de la révolution industrielle.» Dans une interview à la BBC, M. Moore a cité la Chine et la Russie parmi les menaces existantes.

Il a expliqué que les capacités d’intelligence artificielle de la Chine lui permettent de «récolter des données du monde entier» et que le pays «essaie également d’user de son influence par le biais de ses politiques économiques pour essayer et parfois, réussir à prendre des gens dans ses filets», a-t-il déclaré. Pékin s’appuie sur ces «pièges des données et pièges de la dette» pour exercer une influence sur les pays et les personnes, a-t-il expliqué.

Moscou est une «menace grave»

Le chef du MI6 a également qualifié la Russie de «menace grave», citant la présence militaire russe à la frontière avec l’Ukraine. «Nous nous inquiétons de l’accumulation de troupes et des intentions du président Poutine», a déclaré M. Moore. «Il faut être très attentif et très prudent en signalant aux Russes le prix qu’ils auraient à payer s’ils intervenaient, comme ils l’ont fait en 2014», a-t-il ajouté, en référence à l’invasion par Moscou de la Crimée ukrainienne en 2014.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires