Publié

TélévisionL'esclavage, ça vous fait rire ?

«Case départ», la comédie réalisée et interprétée par Thomas NGijol et Fabrice Eboué, deux piliers du Jamel Comedy Club, est-il un film raciste?

par
Télé Top Matin
RTS

Il fallait oser s'attaquer à l'horreur de l'esclavage à travers l'humour! Avec leur première réalisation, Thomas NGijol et Fabrice Eboué se mettent en scène dans la peau de deux demi-frères. L'un vit du système D avec un mauvais esprit qui fait honte à ses proches. L'autre est un bourgeois travaillant au cœur d'une Municipalité xénophobe, qui renie son passé. Mais voilà qu'une tante un peu sorcière les expédie dans les Antilles en 1780 pour leur apprendre ce qu'était l'esclavage. Alors, peut-on rire de la cause des Noirs? Pas sûr, si l'on en croit un boycott établi sur Facebook à la sortie du film et les propos de la chanteuse Joby Valente les accusant de «banaliser et ridiculiser la traite négrière». Même si les deux artistes sont attachants et que le film offre quelques beaux moments de rigolade?

OUI

Fabrice éboué, comédien et réalisateur, interviewé sur Respectmag.com

«Case départ» est-il un film sur l'esclavage?

Il ne parle pas de la traite négrière. On a surtout voulu mettre en lumière des questions comme l'identité nationale, l'immigration et chercher à prendre du recul. La meilleure des choses à faire était de retourner à une époque où le racisme était une institution.

Que penser du boycott sur le Net?

Ça ne nous atteint pas. On a juste fait ce film avec un bon esprit et l'envie de faire avancer les choses.

Que dire des accusations de la chanteuse Joby Valente?

Le problème c'est que cette dame nous accuse d'être collabos, en expliquant sur une vidéo qu'elle sort du film, alors que nous étions en plein montage. Ce n'est pas sérieux.

NON

Joby Valente, chanteuse/militante, interviewée sur Télé Martinique

Ce qu'elle reproche au film «Case départ»

Il n'y a pas encore eu de film français sérieux sur le sujet et voilà que de jeunes humoristes s'en emparent. Ça banalise complètement le sujet. Et puis ces deux acteurs ne sont pas vraiment concernés puisqu'ils n'ont pas d'ancêtres déportés. Si ça commence comme ça, le discours va glisser et on va se mettre à rigoler avec l'esclavage alors que la mémoire n'est pas encore reconstituée.

Les deux humoristes banaliseraient un sujet grave.

Il y a des gens qui luttent pour que la loi Taubira soit supprimée. Et là on trouve des collabos capables d'entrer dans ce jeu pour un petit peu d'argent afin de banaliser la traite négrière. Ça me met en colère.

Ton opinion