Football – L’Espagne et la Serbie iront au Mondial, le Portugal en barrage

Actualisé

FootballL’Espagne et la Serbie iront au Mondial, le Portugal en barrage

Les Espagnols ont validé leur ticket pour la phase finale de la Coupe du monde au Qatar. Tout comme les Serbes, vainqueurs in extremis du Portugal, qui devra passer par les barrages.

Alvaro Morata (au centre) a inscrit le but libérateur contre la Suède.

Alvaro Morata (au centre) a inscrit le but libérateur contre la Suède.

AFP

Grâce à un but tardif d'Alvaro Morata, l'Espagne a arraché la victoire 1-0 contre la Suède, dimanche à Séville, pour la dernière journée des qualifications, et a obtenu son billet pour la Coupe du monde au Qatar en tant que première du groupe B.

Dominatrice mais incapable de convertir ses occasions pendant tout le match, l'Espagne a obtenu son billet grâce à un but marqué à la 86e par l'attaquant de la Juventus Turin Alvaro Morata, amplement critiqué après un Euro mitigé, qui a repris une frappe de Dani Olmo qui s'est écrasée sur la barre transversale.

Les hommes de Luis Enrique, qui avaient récupéré vendredi, après leur victoire en Grèce (1-0) combinée au surprenant revers des Suédois en Géorgie (2-0), la première place du groupe B, ont doublé les Suédois avant le dernier virage et ont réussi à conserver la pole position, la seule qui offrait une qualification directe.

La Suède de Zlatan Ibrahimovic devra passer par les barrages pour obtenir l'un des trois billets mis en jeu entre douze sélections qui s'affronteront en match unique en deux tours éliminatoires. Pour l'Espagne, en revanche, cette qualification vient conclure un parcours chaotique mais qui augure du meilleur: après un Euro prometteur, terminé en demi-finale aux tirs au but face au futurs champions Italiens, la «Roja» s'est assurée de participer pour une 12e fois de suite à la Coupe du monde, sa dernière absence remontant au Mondial 1974 en Allemagne.

Mais rien n'a été facile pour les Espagnols. Sur leur sol, à Séville, les hommes de Luis Enrique ont été ovationnés de la sortie de leur hôtel jusqu'à leur entrée sur la pelouse de la Cartuja.

Les jeunes Espagnols se sont montrés à leur avantage: Gavi (17 ans) n'a pas compté ses efforts, Dani Olmo (23 ans) a été le premier à porter le danger dans la surface suédoise dès la 7e minute avec un double double contact, juste avant une frappe enroulée de Pablo Sarabia. Mais l'Espagne, tout en restant maître du ballon, a peu à peu perdu le fil de son match, avant le but salvateur de Morata, qui venait de manquer une occasion en butant sur le gardien suédois quelques minutes auparavant.

Le Portugal déçoit

Le Portugal, très décevant et défait par la Serbie (1-2), devra une nouvelle fois disputer les barrages pour se qualifier à la Coupe du monde. «CR7» et ses coéquipiers ont manqué leur objectif: conserver la première place du groupe A des éliminatoires de la zone Europe pour s'envoler directement vers l'émirat et participer au tournoi international prévu du 21 novembre au 18 décembre 2022. Ils pouvaient pourtant se contenter d'un match nul.

Les Portugais avaient pourtant bien entamé les débats à Lisbonne, par un but de Renato Sanches dès la 2e minute, mais Dusan Tadic a égalisé une demi-heure plus tard (33e), sur une frappe contrée par Danilo qui a surpris Rui Patricio, parti de l'autre côté.

Un nul suffisait à Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers pour décrocher leur visa pour le Qatar et ils semblaient se diriger vers ce résultat quand Alex Mitrovic a donné l'avantage à la Serbie à la 90e minute, synonyme de qualification in extremis et donc d'exploit.

Le duel entre la «Seleçao» et les «Aigles blancs» aura duré tout au long de la campagne qualificative, les deux équipes se livrant à un chassé-croisé haletant en tête du classement, loin devant les autres formations, la Serbie ayant finalement le dernier mot au bout du suspense.

Les Portugais, champions d'Europe en 2016, terminent ainsi deuxièmes de leur poule avec 17 points, à trois longueurs de leur adversaire du soir, aux anges au coup de sifflet final. Ils devront s'infliger le périlleux exercice des barrages, comme sur la sur la route du Mondial 2010 et du Mondial 2014.

Dans le groupe H, la Russie a perdu à Split le match (0-1) et sa place de leader. Elle jouera donc les barrages alors que les vice-champions du monde croates peuvent déjà préparer leurs valises pour le Qatar.

Dans le groupe J, l'Allemagne, déjà qualifiée, s'est promenée en Arménie (4-1) et la Macédoine du Nord, victorieuse de l'Islande (3-1) à Skopje, jouera les barrages car elle a conservé son point d'avance sur la Roumanie qui s'est logiquement imposée au Liechtenstein (2-0).

(AFP)

Ton opinion