Actualisé

Valais-GenèveL'espion de l'affaire Giroud démissionne

Pris dans l'affaire d'espionnage des journalistes de la RTS et du «Temps», l'agent du Service de renseignement de la Confédération a posé son sac.

par
Eric Felley
Photo d'illustration. L'agent A. D. était impliqué dans la tentative d'infiltration d'ordinateurs des journalistes du Temps et de la RTS.

Photo d'illustration. L'agent A. D. était impliqué dans la tentative d'infiltration d'ordinateurs des journalistes du Temps et de la RTS.

Keystone

Arrêté par le Ministère public du canton de Genève en juin dernier dans le cadre de l'affaire Giroud, l'agent A. D. du Service de renseignement de la Confédération (SRC) a démissionné de son poste. C'est le Tages-Anzeiger qui révèle cette information, confirmée par l'avocat du prévenu, Antoine Bagi. Ce dernier précise que c'était « la meilleure des solutions».

Proche du marchand de vins Dominique Giroud, l'agent de la Confédération, basé à Genève, avait été contacté par ce dernier en décembre 2013. Le Valaisan voulait trouver l'origine des fuites qui alimentaient les médias dans son affaire. Il s'en est suivi le projet d'infiltrer les ordinateurs des journalistes du Temps et de la RTS, avec la complicité d'un hacker et d'un détective, tous deux proches de A.D.

Impliqué dans cette affaire, l'agent avait été suspendu de ses fonctions par le SRC. Devant les enquêteurs genevois, lors de sa détention préventive, il a maintenu la version qu'il avait agi pour son propre compte et qu'il n'avait pas tenu au courant sa hiérarchie. Il est apparu qu'il songeait également à se mettre à son propre compte déjà avant cette affaire.

Le SRC n'a pas pris position sur cette démission.

Ton opinion