Publié

Formule 1L’étrange retour de George Russell

Le jeune prodige du Grand Prix de Sakhir revient chez Williams ce week-end. Puisque Lewis Hamilton a obtenu un test négatif au COVID, il reprend le volant de sa Mercedes numéro 44. Pour Russell, le choc est rude.

par
Luc Domenjoz

Russell se sent pousser des ailes

Au soir de sa magnifique course de dimanche dernier, George Russell planait comme jamais. En l’espace d’un week-end, il avait prouvé son talent, largement battu Valtteri Bottas et il avait failli gagner deux fois, en course, son premier Grand Prix - que seule une malchance crasse l’a empêché de remporter.

Au soir de ce fameux Grand Prix de Sakhir, George Russell se sentait pousser des ailes: «J’espère que ma course va donner des insomnies à Toto Wolff », disait-il, invoquant à mots cachés la possibilité de remplacer Valtteri Bottas en 2022 aux côtés de Lewis Hamilton.

Mais peut-être le jeune Anglais rêve-t-il carrément à 2021? L’an prochain, Lewis Hamilton n’a pas encore signé, ni même vraiment discuté de son contrat avec Mercedes. Il pourrait y avoir une chance pour George Russell, au cas - improbable - où les négociations entre le septuple champion du monde et Toto Wolff, son patron, échoueraient.

Mais il y aussi la possibilité que l’Autrichien, impressionné par la performance de George Russell, remercie Valtteri Bottas en dépit de son contrat 2021, et aligne sa jeune recrue dès l’an prochain aux côtés de Lewis Hamilton! C’est le scénario rêvé par une bonne partie de la presse britannique, encore sous le charme de la performance exceptionnelle de George Russell à Bahreïn.

«Tout le monde est un peu désespéré»

Le test COVID de Lewis Hamilton ayant été négatif, le champion est de retour au volant de sa Mercedes ce week-end à Abu Dhabi. Et George Russell retourne donc chez Williams. Jusqu’à jeudi, il rêvait encore de cette voiture noire, et il a participé à toutes les conférences de presse du jour en combinaison Mercedes, avant que la confirmation du retour de Lewis Hamilton ne tombe.

George Russell est redevenu un pilote Williams vendredi.

George Russell est redevenu un pilote Williams vendredi.

Keystone

Vendredi, George Russell a repris le volant de sa Williams FW43, qui n’est pas tout à fait la même que la Mercedes. Le choc. «C’est un sentiment bizarre, pour être franc, confirmait-il vendredi soir. Avant de faire cette course de Bahreïn, je tenais vraiment à disputer deux courses chez Mercedes. La première pour tout apprendre, et la deuxième pour donner mon meilleur, sans plus avoir d’excuses. Comme tout s’était bien passé à Bahreïn, je voulais gagner ce week-end ici à Abu Dhabi. Je pense que j’aurais eu une belle opportunité de le faire. Bon, c’est vrai, conduire la Williams, ça n’est pas du tout pareil. La Mercedes, c’est la référence. Je ne sais pas si je pourrai marquer des points ce week-end, mais je vais essayer. Ce sera une course un peu spéciale, pas mal de gens seront un peu désespérés. Carlos (Sainz) va partir chez Ferrari, donc il se moquera bien de démolir ou non sa voiture. Pareil pour Danny Ric (Daniel Ricciardo), il se moque probablement de sa Renault. Et idem pour Sergio (Perez). Je pourrais en profiter.»

Mercedes a corrigé le bug

C’est un problème de radio qui a causé la confusion dans le garage Mercedes, dans la dernière partie du Grand Prix de Sakhir, lorsque les deux monoplaces de l’écurie se sont arrêtées en même temps pour changer de pneus et que les pneus de Bottas ont été mis par erreur sur la voiture de Russell.

Un message du stand donné au même moment que celui du pilote anglais a empêché les mécaniciens de savoir que ce dernier rentrait changer de pneus. Ils attendaient donc la voiture de Valtteri Bottas et ont mis les mauvais pneus sur la voiture de Russell. «C’est toujours difficile d’être victime d’un problème nouveau pendant une course, admet Toto Wolff, le patron de Mercedes. Mais comme chaque fois que nous commettons des erreurs, nous apprenons et nous progressons. Nous avons mis en place une procédure qui nous empêchera de faire face à un problème identique. Nous étions tombé dans un «trou» du système de communication qui a empêché les mécanos de George de savoir qu’il rentrait. Nous avons même mis en place une sécurité double pour que ça n’arrive plus!»

Dommage pour George Russell que ce problème n’ait jamais été rencontré depuis les débuts de l’écurie, en 2010 . Voire même plus tôt, si on considère que Mercedes a acheté l’écurie Brawn, qui a elle-même continué l’équipe Honda, créée par changement de nom de l’équipe BAR - l’équipe remonte donc à 1998.

Ferrari dans le flou

Le directeur général de Ferrari, Louis Camilleri, a démissionné vendredi, avec effet immédiat, pour «raisons personnelles». Le patron quitte aussi son rôle au conseil d’administration de Philip Morris.

Louis Camilleri occupait ce rôle à la direction de Ferrari depuis l’été 2018, suite au décès de Sergio Marchionne. C’était un grand fan de Formule 1, il se déplaçait souvent sur les circuits.

Pour l’instant, Ferrari n’a pas encore annoncé son successeur. C’est le président de la marque, John Elkann, qui endosse provisoirement le rôle de directeur général. Ferrari doit maintenant se trouver un nouveau directeur général, à l’heure où ses voitures se vendent mieux que jamais par ces temps de pandémie.

Les premiers tours de Mick Schumacher

Mick Schumacher, le fils du septuple champion du monde Michael Schumacher, a effectué ses premiers tours au volant d’une Formule 1, vendredi matin. Il a piloté la Haas numéro 50 (un numéro provisoire), bouclant 23 tours du circuit d’Abu Dhabi et se classant 18e… avec près de 3 secondes d’avance sur son équipier, Pietro Fittipaldi, qui dispute ce week-end son deuxième Grand Prix.

Mick Schumacher aurait dû effectuer cette matinée d’essais au Grand Prix de l’Eifel, au Nürburgring, mais la mauvaise météo avait empêché les F1 de tourner ce jour-là. «C’était vraiment cool, résumait Mick Schumacher vendredi après cette matinée d’essais. Tout s’est bien passé. J’ai passé la séance à m’habituer à la voiture, tout est si différent en passant de la Formule 2 à la Formule 1. Mais je me sentais familier avec tous les boutons du volant et avec les procédures. C’était juste une question d’accumuler les tours pour comprendre les limites de la voiture. Et à la fin, on a monté des pneus tendres, le saut en performance est incroyable.»

Tout frais champion 2020 de Formule 2, le jeune Allemand participera mardi aux tests pour jeunes pilotes sur ce circuit d’Abu Dhabi.

Mick Schumacher (au centre) à son arrivée sur le circuit d’Abu Dhabi.

Mick Schumacher (au centre) à son arrivée sur le circuit d’Abu Dhabi.

Keystone

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
6 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

dommage

12.12.2020 à 11:43

Une hirondelle ne fait pas le printemps. Il aurait été interessant de voir le jeune prodige sur un vrai circuit, avec des virages à négocier.

Bisoute

12.12.2020 à 11:22

La photo fait vraiment le fils de riche pistonné des films à petits budgets. Il y a celui né dans des draps de soie et celui qui a du talent...

Implacable

12.12.2020 à 09:58

Le propre d'un champion, c'est de gagner, pas de parler de " si " Ken Tyrrell disait qu'en F1, la malchance n'existe pas. Si Lewis avait été au volant de la voiture, dimanche dernier, il ne se serait pas arrêté et il n'y aurait pas eu ce cafouillage dans les stands C'est la différence entre un champion expérimenté et confirmé et un jeune prodige