Toulouse (F): Leur bébé ne pourra pas s'appeler «Jihad»
Publié

Toulouse (F)Leur bébé ne pourra pas s'appeler «Jihad»

Un juge aux Affaires familiales a refusé à des parents que leur fils soit affublé d'un prénom délicat, ceci «dans l'intérêt de l'enfant».

par
lematin.ch
Un juge aux Affaires familiales de Toulouse (F) s'est opposé à ce que des parents appellent «Jihad» leur garçon né en août dernier.

Un juge aux Affaires familiales de Toulouse (F) s'est opposé à ce que des parents appellent «Jihad» leur garçon né en août dernier.

iStock

Un juge aux Affaires familiales de Toulouse (F) s'est opposé vendredi dernier à ce que des parents appellent «Jihad» leur garçon né en août dernier.

Pour l'état civil, il a été enregistré sous le nom de «Jahid», indique le parquet. Le magistrat a choisi «dans l'intérêt de l'enfant» d'intervertir les deux voyelles du prénom pour les registres.

«Jihad» désigne, outre le concept de guerre sainte menée pour propager ou défendre l'islam, la «lutte» ou l'«effort». Mais à Toulouse, dans le contexte délicat que l'on sait, on a signalé ce choix de prénom auprès du procureur de la République.

En novembre dernier, la mairie de Nice avait, elle aussi, saisi la justice, après la naissance d'un bébé déclaré à l'état civil sous le nom de «Mohamed Nizar Merah». Un nom identique à celui du djihadiste, auteur d'une tuerie à Toulouse et Montauban en 2012.

Votre opinion