France: Leur Saint-Valentin a failli tourner au drame
Publié

FranceLeur Saint-Valentin a failli tourner au drame

Trois femmes qui avaient abusé de l’apéro ont fui un contrôle de police avant d’empaler leur véhicule sur un pieu. Plus de peur (et d’amendes) que de mal.

par
Michel Pralong
Un pieu de barrière a traversé le pare-brise, ne blessant que légèrement la passagère de cette auto avec conduite à droite.

Un pieu de barrière a traversé le pare-brise, ne blessant que légèrement la passagère de cette auto avec conduite à droite.

Gendarmerie de la Dordogne

C’était le dimanche 14 février, et donc c’était la Saint-Valentin. Trois femmes de Montpon, au nord-ouest de Bergerac, avaient débuté la soirée en prenant l’apéro. À 18 h 50, écrit la gendarmerie de Dordogne ce 24 février sur sa page Facebook, l’une d’entre elles décide d’aller chercher une robe pour fêter cette date particulière (surtout en temps de confinement) chez elle. Elle prend une voiture, alors qu’elle n’a pas le permis de conduire, accompagnée par ses deux amies «également guillerettes», écrivent les gendarmes.

Vu le couvre-feu instauré en France, les contrôles sont fréquents pour le faire respecter. Le trio tombe sur l’un d’eux, mais refuse de s’arrêter. Les gendarmes n’ont pas poursuivi la voiture mais ont été appelés quelques instants plus tard sur une scène d’accident. Arrivés sur place, ils découvrent le véhicule en question, abandonné. Une barrière défoncée a atterri sur le capot et un pieu a traversé le pare-brise côté non pas conductrice, comme il s’agit d’un véhicule avec conduite à droite, mais passagère.

Il s’en est fallu de peu pour que ce pieu ne devienne une arme mortelle.

Il s’en est fallu de peu pour que ce pieu ne devienne une arme mortelle.

Gendarmerie de la Dordogne

Les forces de l’ordre ne tardent pas à retrouver les trois jeunes femmes. La passagère avant a eu beaucoup de chance, ne souffrant que d’une contusion au cou et d’un saignement à l’oreille. La conductrice est convoquée au tribunal de Périgueux pour non-respect du stop, refus d’obtempérer, conduite en état d’alcoolémie, délit de fuite et conduite sans permis. Sans oublier l’amende infligée à elle et ses deux copines pour non-respect du couvre-feu. Et les gendarmes de conclure: «L’histoire ne dit pas comment s’est terminée la soirée de Saint- Valentin…». Elle aurait pu beaucoup plus mal finir.

Votre opinion