Controverse: Leur site fâche les profs du gymnase

Publié

ControverseLeur site fâche les profs du gymnase

Trois élèves ont été suspendus après avoir mis en ligne une plate-forme destinée à évaluer les enseignants. Leur démarche était pourtant inspirée de l'Université.

par
Sarah Zeines

Lorsque Mark Zuckerberg, créateur de Facebook, a été discipliné par ses professeurs de Harvard, il n'était qu'un petit semeur de trouble aux yeux de ces derniers. Ce qu'on lui reprochait? D'avoir créé un site destiné à l'évaluation des autres élèves.

A Morges (VD), c'est un peu la même histoire qui s'y déroule depuis mai. Avec deux amis, Nathan Ganser, étudiant de première année aussi brillant qu'ambitieux, a monté un blog visant les professeurs de son gymnase. «Les enseignants évaluent les élèves, donc ce projet était l'occasion de faire de même, explique l'adolescent. Nous ne nous attendions pas du tout à être sanctionnés et pensions par ailleurs être à l'origine d'un projet d'utilité publique. L'idée de base était d'étendre le concept à d'autres écoles.»

Le projet les rend populaires

Il faut dire que le blog du trio, inspiré du système d'évaluation en vigueur à l'Université de Lausanne, a fait un buzz inattendu. «Le succès a été immédiat, raconte l'informaticien en herbe. En moins de deux jours, 600 des 1300 élèves du gymnase ont inscrit leurs avis sur le site. Nous avons aussi reçu beaucoup de félicitations de la part de nos camarades et de certains parents.»

Les professeurs, en revanche, ne voient pas l'exploit du trio du même œil. Pour le corps enseignant, la mise en ligne du blog vaut trois semaines de suspension, effectives dès le 6 juin. «Les élèves n'ont pas compétence pour évaluer leurs enseignants, insiste Véronique Mariani, directrice du gymnase. Les trois élèves concernés ont passé outre les mises en garde de l'un de leurs enseignants, de la doyenne et du conseil de direction.» Même son de cloche à l'Etat: «Le département appuie la directrice dans sa décision.» Le syndicat des enseignants SUD Education, pour sa part, a décidé d'interpeller la cheffe du Département de la formation, Anne-Catherine Lyon, et la Préposée à la protection des données concernant le cas. «Le contenu du site ne respecte pas les normes légales, dénonce Françoise Emmanuelle Nicolet, présidente de l'Association vaudoise des maîtresses de gymnase (AVMG). Hormis l'aspect démagogique et commercial de l'évaluation des professeurs par des élèves, la démarche publique amène des risques de disqualification et d'atteinte à l'image. On ne peut pas laisser passer.»

Nathan Ganser, quant à lui, se soucie peu des sanctions et voit l'avenir en rose: «Je pars une année en Angleterre et je compte continuer à encourager ce dialogue entre élèves et enseignants dès mon retour», garantit-il. Ses futurs professeurs sont avertis.

Ton opinion