L’Europe aussi avait des tortues géantes par le passé

Publié

PaléontologieL’Europe aussi avait des tortues géantes par le passé

Les restes d’un animal approchant les 4 mètres et vivant il y a 70 millions d’années ont été découverts dans le nord de l’Espagne.

par
Michel Pralong
Selon les estimations liées à la taille de son bassin, Leviathanochelys aenigmatica devait faire 3,7 mètres de long.

Selon les estimations liées à la taille de son bassin, Leviathanochelys aenigmatica devait faire 3,7 mètres de long.

ICRA_Arts

En 2016, dans une région située au nord-ouest de Barcelone, un promeneur a découvert d’étranges ossements dans les Pyrénées. Ils ont été confiés à un musée local qui a mis plusieurs années avant de les examiner. En 2021, Oscar Castillo-Visa s’est penché sur eux et a découvert qu’ils appartenaient au bassin d’une tortue préhistorique. Mais pas n’importe quelle tortue puisque les estimations montrent qu’elle devait faire 3,7 mètres de long.

Elle a été baptisée Leviathanochelys aenigmatica. Le premier terme est un composé de l’animal marin légendaire le Léviathan et de «tortue» en grec ancien. Aenigmatica a été rajouté car elle possède des caractéristiques étranges pour une tortue, explique le Natural History Museum.

Futures découvertes attendues

Ce qui est déjà exceptionnel est le fait que si des tortues géantes avaient été découvertes en Amérique du Nord, la plus grande recensée en Europe ne faisait que 1,5 mètre. Cette nouvelle espèce a vécu il y a plus de 70 millions d’années. Si c’est la première de cette taille à être trouvée sur notre continent, les scientifiques pensent qu’il devait y en avoir d’autres. «Ce n’est qu’une question de temps avant que de nouvelles espèces de tortues marines de grande taille datant de l’époque des dinosaures ne soient découvertes» a déclaré le Dr Àngel Hernández Luján, coauteur de l’étude parue dans «Nature».

La plus grande tortue contemporaine est la tortue luth, qui atteint généralement 2 mètres de long, mais un spécimen approchant les 3 mètres est conservé au musée de Cardiff.

La nouvelle tortue découverte a une section d’os bombée sur le côté du bassin, une structure connue chez aucune autre tortue vivante ou morte. Des marques sur l’os suggèrent que des muscles y étaient autrefois attachés. «Nous supposons que ce processus a servi de point d’ancrage supplémentaire pour les muscles contrôlant la contraction abdominale de la tortue, explique Luján. Cela pourrait signifier qu’il avait un rôle lié au système respiratoire et aurait pu aider la tortue géante à maximiser sa capacité respiratoire à de grandes profondeurs».

Ton opinion

1 commentaire