Publié

GrogneL'Europe se moque des coiffeuses en talons aguilles

Sous prétexte de simplifier la bureaucratie européenne, un projet de loi sur l'amélioration de la sécurité au travail a été retiré.

par
Le Matin Dimanche
L'affaire des talons aiguilles ne semble pas être terminée.

L'affaire des talons aiguilles ne semble pas être terminée.

Michal Cizek, AFP

Le Sun en avait fait ses choux gras il y a près d'un an. «Voici le nouveau plan stupide de l'Union européenne», avait lancé le tabloïd britannique, jamais à court de bonnes formules pour dénoncer l'emprise de Bruxelles: «Il consiste à interdire aux coiffeuses de porter des talons aiguilles.» L'affaire n'avait pas fait grand bruit, et on la croyait oubliée. Pas du tout.

Les talons des coiffeuses ont fait leur grand retour, le 2 octobre dernier, dans un discours de José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne. Le Portugais annonçait le lancement d'un vaste plan de réforme intitulé «Refit», destiné à simplifier le fonctionnement de l'UE et à réduire la bureaucratie. «Je crois fermement que l'UE ne devrait pas se mêler de tout ce qui se passe en Europe», déclarait José Manuel Barroso, et se montrer «plus proche des citoyens». Pour l'exemple, il annonçait le retrait du projet de loi qui interdirait aux coiffeuses de porter des talons hauts.

Apparemment loufoque

A Nyon, le secrétaire général du groupement mondial de syndicat UNI Global, Philip Jennings, dénonce les enjeux que cache ce débat en apparence «loufoque». Selon lui, le projet de loi n'a jamais parlé de talons aiguilles, mais prévoyait des améliorations importantes sur la sécurité au travail. Il affirme que l'anecdote des talons aiguilles a été tronquée dans une véritable opération de communication destinée à séduire le gouvernement britannique. Il prévient: «Le petit secteur de la coiffure est devenu le terrain d'attaque pour les forces ne désirant pas voir de nouvelles initiatives en termes d'Europe sociale.»

Pour en savoir plus, consultez la nouvelle application Le Matin Dimanche sur iPad ou notre E-Paper pour une lecture sur votre ordinateur personnel.

Ton opinion