Formule 1: Lewis Hamilton dans une autre dimension

Publié

Formule 1Lewis Hamilton dans une autre dimension

A Budapest, le quintuple champion du monde a sidéré sa propre écurie en parvenant à remonter aussi vite sur Max Verstappen.

«Il fallait juste le bon gars dans la voiture»

Pendant le Grand Prix de Hongrie, l'écurie Mercedes a pris une décision osée qui s'est avérée payante: demander à Lewis Hamilton d'observer un deuxième arrêt non prévu, pour changer ses pneus et passer des gommes dures usées aux gommes médiums neuves. Alors que le Britannique était juste derrière le leader Max Verstappen, cette décision l'a relégué à 20 secondes de la Red Bull - qui ne pouvait pas l'imiter, sous peine de ressortir des stands derrière la Mercedes, en raison de l'«undercut» réussi par Mercedes en s'arrêtant. Le pari de la marque allemande était risqué.

Bien après la course, Toto Wolff a expliqué comment cette décision avait été prise, et comment elle a permis à Mercedes de remporter un Grand Prix que l'écurie allait perdre: «Nous nous sommes rendus compte que Lewis était coincé derrière Max, a raconté l'Autrichien. Il n'arrivait pas à s'en rapprocher, parce que ses freins surchauffaient chaque fois qu'il le tentait. C'était sans solution. Nous avons réfléchi avec notre équipe restée à l'usine de Brackley. On en a parlé pendant sept tours, du 40e au 47e tour. Et à la fin, c'est James (ndlr: Wolves, le responsable de la stratégie) qui a pris la décision, comme notre procédure le prévoit. C'était un peu juste, nous savions qu'il manquait quelques tours pour que cette stratégie fonctionne et que les pneus de Max se dégradent suffisamment pour faire la différence. Pour que Lewis puisse gagner, il fallait qu'il prenne une seconde au tour à Max. Au début, ça ne marchait pas, Max tournait dans les mêmes chronos que Lewis, on a douté. Et puis, on a réussi à remettre Lewis dans le bon état d'esprit. Il suffit parfois d'une seule phrase pour y arriver, et Peter Bonnington (ndlr: l'ingénieur de piste de Lewis Hamilton) a trouvé les bons mots en lui disant qu'il pouvait le faire. Ça l'a motivé. Et à partir du moment où Lewis a «senti» qu'il pouvait y arriver, et qu'il a vu Max devant lui, on savait que Max était fini! Depuis ce moment, Lewis s'est mis à survoler le circuit, plus rien ne pouvait l'arrêter! Bien sûr, pour gagner cette course, il fallait décider la bonne stratégie, mais il fallait aussi avoir le bon pilote dans la voiture. Je peux vous dire qu'aujourd'hui, Lewis a piloté dans une autre dimension! Il a vraiment été impressionnant.»

----------

Alonso pas vraiment bienvenu

Après la course, Fernando Alonso a tweeté «Bravo @LewisHamilton and @Max33Verstappen. (…) Merci pour le spectacle.»

Ce week-end, les rumeurs voulaient que le double champion du monde espagnol ait avoué son envie de revenir en Formule 1 la saison prochaine. Pendant la conférence de presse, les trois premiers du Grand Prix de Hongrie n'étaient en tout cas pas pressés de voir l'Espagnol de retour.

«Moi, ça m'est égal, je ne sais pas pourquoi j'y penserais, lâchait Sebastian Vettel. En fait, je pense que Fernando ne m'aimait pas. D'ailleurs, je m'en fiche. Je le respecte pour ce qu'il a réussi, pour ce qu'il était capable de faire en piste. Je ne sais pas, j'imagine qu'il s'ennuie s'il a le temps d'écrire des messages comme ça. Alors bon, qu'il revienne, après tout, je m'en fiche.»

«Peut-être qu'il pourrait revenir comme responsable des médias sociaux?», plaisantait pour sa part Max Verstappen.

Lewis Hamilton se montrait un peu plus enthousiaste: «La F1 a besoin des meilleurs pilotes du monde dans les meilleures voitures, et il reste au moins un baquet disponible qui permette de gagner des courses, ce ne serait donc pas si mal qu'il y revienne.»

Max Verstappen l'a alors interrompu avec malice: «Peut-être qu'il pourrait en parler à Toto?» «Non, Valtteri est fantastique, a rétorqué Lewis Hamilton. Valtteri a gagné des courses. C'est chez vous qu'il y a un baquet disponible, il me semble.» «Je n'ai pas dit ça», répondit le pilote Red Bull. Ambiance.

----------

Lewis pas 100% satisfait de lui-même

Pendant la conférence de presse, quelqu'un a demandé à Lewis Hamilton de mettre une note de 1 à 10 sur ses performances de la saison. «Pour cette première partie de saison, je dirais 8,8 ou 8,9.»

«Mais tu plaisantes?, a coupé Sebastian Vettel. Vas-y, donne la bonne note!»

«Mais non, a repris Lewis Hamilton. S'il n'y avait pas eu la course à Hockenheim (ndlr: où il est sorti de route), ma note serait un peu plus élevée. C'est toujours bien de s'attribuer une note plus basse, comme ça on doit travailler plus!»

Ton opinion