Australie - L’ex-directrice d’une école juive sera jugée pour pédocriminalité
Publié

AustralieL’ex-directrice d’une école juive sera jugée pour pédocriminalité

Malka L., extradée d’Israël en janvier, devra répondre devant la justice de viol et d’agressions sexuelles sur enfants, a annoncé jeudi un tribunal de Melbourne.

Malka L., ex-directrice d’une école juive ultraorthodoxe de Melbourne, en Australie, va être jugée pour vol et agressions sexuelles sur enfants commis entre 2004 et 2008.

Malka L., ex-directrice d’une école juive ultraorthodoxe de Melbourne, en Australie, va être jugée pour vol et agressions sexuelles sur enfants commis entre 2004 et 2008.

AFP

L’ancienne directrice d’une école juive ultraorthodoxe de Melbourne sera jugée pour abus sexuels sur plusieurs de ses élèves, a décidé un tribunal australien jeudi.

Malka L., qui possède la double nationalité israélo-australienne, a été extradée d’Israël en janvier, après une âpre bataille judiciaire, vers l’Australie, où elle doit répondre de dizaines de chefs d’accusation dont celui de viol et d’agressions sexuelles sur enfants. Les faits se seraient produits entre 2004 et 2008 alors qu’elle était professeure de religion et directrice de l’école Adass Israel, à Melbourne.

«Malka L. a été renvoyée aujourd’hui devant le tribunal du comté pour être jugée», a annoncé une porte-parole du tribunal après que le magistrat a estimé que les preuves étaient suffisantes pour la tenue d’un procès, prévu le 21 octobre. «Elle a plaidé non coupable».

Accusée par trois sœurs

Ses victimes présumées sont trois sœurs, Nicole Meyer, Dassis Erlich et Elly Sapper, qui ont elles-mêmes dévoilé publiquement leur identité pour demander l’inculpation de l’ex-directrice.

L’accusée, aujourd’hui quinquagénaire, a fui l’Australie pour Israël après le dépôt d’une plainte en 2008 et s’est installée avec sa famille dans la colonie israélienne d’Immanuel, en Cisjordanie occupée. Les autorités australiennes ont demandé son extradition en 2014.

Malka L. est arrivée à Melbourne fin janvier après six ans de bataille juridique en Israël, visant notamment à déterminer si elle feignait une maladie mentale pour échapper à une extradition et un procès en Australie.

La Cour suprême israélienne avait finalement rejeté l’ultime appel de ses avocats contre une extradition en décembre dernier.

(AFP)

Votre opinion