Burkina Faso – L’ex-président Compaoré, absent du procès de l’assassinat de Sankara
Publié

Burkina FasoL’ex-président Compaoré, absent du procès de l’assassinat de Sankara

Blaise Compaoré n’assistera pas au procès de l’assassinat de son ancien ami Thomas Sankara, dans lequel il est le principal accusé.

L’ancien président burkinabé Blaise Compaoré en 2010.

L’ancien président burkinabé Blaise Compaoré en 2010.

AFP

L’ex-président burkinabé Blaise Compaoré n’assistera pas au procès de l’assassinat de son ancien ami Thomas Sankara qui s’ouvre lundi à Ouagadougou, dans lequel il fait figure de principal accusé. Ses avocats ont dénoncé «un procès politique» devant le tribunal militaire de Ouagadougou, «une juridiction d’exception».

Blaise Compaoré a été porté au pouvoir par le coup d’État de 1987 au cours duquel Thomas Sankara, «père de la révolution» burkinabée et icône panafricaine, a été tué. Il y restera 27 ans avant d’être renversé en 2014 par une insurrection populaire. Âgé de 70 ans, il vit depuis à Abidjan en Côte d’Ivoire, pays dont il a obtenu la nationalité et où il entretient de longue date une relation privilégiée avec le président Alassane Ouattara, rendant illusoire une éventuelle extradition après un mandat d’arrêt émis par la justice du Burkina Faso il y a cinq ans.

Sa première rencontre en mai dernier à Abidjan depuis 2014 avec un ministre burkinabé – Zéphirin Diabré, chargé de la Réconciliation nationale – avait suscité chez ses partisans, mais aussi parmi les proches des victimes du putsch de 1987, l’espoir qu’il rentre de son plein gré à Ouagadougou. Au nom de la réconciliation, ce retour avait été évoqué par l’actuel président Roch Marc Christian Kaboré pendant sa campagne électorale de novembre 2020.

«Épée de Damoclès»

Mais après la rencontre d’Abidjan, la presse du Burkina Faso se montrait sceptique sur un tel retour, le procès des assassins présumés de Sankara étant une «épée de Damoclès» pesant sur la tête de Compaoré et nécessitant un minimum de garanties. Le quotidien en ligne Wakat Sera, écrivait notamment que Blaise Compaoré «sait qu’en revenant, il devra se soumettre à la justice pour les nombreux dossiers dans lesquels il est cité, dont le plus emblématique est celui de l’affaire Thomas Sankara». L’ancien président sera donc jugé par contumace pour «complicité d’assassinats», «recel de cadavres» et «attentat à la sûreté de l’État».

Bras droit de Thomas Sankara, il a toujours nié avoir commandité l’assassinat de son frère d’armes et ami intime, bien que le putsch de 1987 l’ait porté au pouvoir. Mais pendant son règne de 27 ans, la mort de celui qui, par ses actes et déclarations «révolutionnaires», dérangeait nombre de ses voisins d’Afrique de l’Ouest et la France, ancienne puissance coloniale, était un sujet tabou. Il a fallu attendre le régime de transition de 2015 pour que le dossier de la mort de Sankara resurgisse et qu’un mandat d’arrêt soit émis contre Blaise Compaoré par la justice burkinabée en mars 2016.

(AFP)

Votre opinion