Publié

SuisseLe chanteur vaudois Patrick Juvet est décédé

L’agent de l’ex-star du disco Patrick Juvet a indiqué que son corps sans vie avait été retrouvé dans un appartement à Barcelone. Les circonstances de son décès sont pour l’heure inconnues.

1 / 2
Patrick Juvet ici en 1997.

Patrick Juvet ici en 1997.

AFP
Patrick Juvet avait participé au Venoge Festival, le jeudi 22 août 2019. C’était son dernier concert en Suisse romande.

Patrick Juvet avait participé au Venoge Festival, le jeudi 22 août 2019. C’était son dernier concert en Suisse romande.

François Melilo.

Le chanteur suisse Patrick Juvet, devenu célèbre dans les années 1970 pour son tube disco «Où sont les femmes ?», est décédé à l’âge de 70 ans, a annoncé à l’AFP jeudi son agent Yann Ydoux. Le corps de l’artiste a été retrouvé dans un appartement à Barcelone. Les causes du décès ne sont pas encore établies. «Il y aura une autopsie, je l’avais eu au téléphone il y a trois jours, je l’avais trouvé bien», a indiqué son agent.

Juvet résidait à Paris, mais se rendait de temps en temps à Barcelone ou en Suisse. Sa dernière scène en Suisse était au Venoge Festival, en 2019. Le festival avait attiré 30'000 personnes à Penthalaz, dans le canton de Vaud, du 21 au 25 août 2019.

Patrick Juvet au Venoge Festival, le jeudi 22 août 2019.

Patrick Juvet au Venoge Festival, le jeudi 22 août 2019.

François Melillo

Début de la période disco

«C’est très triste, a déclaré à l’AFP Amanda Lear, qui le connaissait bien. Nous avons pratiquement débuté ensemble au début de la période disco. Je me souviens d’un duo en jumelles pour les Carpentier – show de variété de la télévision française, célèbre dans les années 1960 à 1980 – sur la chanson des «Demoiselles de Rochefort».

«Ça avait fait jaser à l’époque car il assumait le fait d’être efféminé, avec les cheveux longs et très maquillé comme Bowie», poursuit-elle. Amanda Lear insiste sur le fait qu’il «était prisonnier de ses tubes de l’époque». «Il était obligé de chanter «I Love America» et «Où sont les femmes ?». On ne lui demandait rien d’autre alors qu’il avait enregistré plein d’autres chansons».

«Il en était très frustré. Il n’était pas très heureux. Il s’était retiré en Espagne car la France le boudait un peu. Il vivait à Barcelone. On s’est vus la dernière fois là-bas. Il ne buvait plus. Il me disait qu’il essayait de s’en sortir». La carrière de Juvet «a connu des hauts et des bas, des périodes fastes, d’autres moins, un peu comme Renaud», a résumé Yann Ydoux, qui a rencontré le chanteur il y a 22 ans.

«Où sont les femmes?»

«Où sont les femmes ?», à l’immense succès, figurait sur «Paris by Night», album de 1977. Cet album est le fruit de la collaboration entre Juvet (compositeur et interprète) et Jean-Michel Jarre (parolier).

Sa chanson qui l’a rendu célèbre, «Où sont les femmes?» ici interprétée en 1977.

A la sortie de «Où sont les femmes?», Juvet avait reçu de nombreuses lettres d’insultes du Mouvement de libération des femmes (MLF) pour des paroles jugées trop sexistes. On y entendait notamment «Elles ne parlent plus d’amour/ Elles portent les cheveux courts/Et préfèrent les motos aux oiseaux/Elles ont dans le regard/Quelque chose d’un robot...»

«I Love America», autre carton sur les dancefloors (1978), est lui né de la rencontre de Juvet avec des producteurs réputés du genre, Henri Belolo et Jacques Morali, et a été cosigné avec Victor Willis, pilier des Village People.

Vedette populaire

Chose peu connue du grand public, Daniel Balavoine a débuté sa carrière comme choriste pour Juvet.

Les années 1990 ont été une traversée du désert pour Juvet, qui a sombré dans diverses addictions, comme il le contait lui-même dans les médias.

La tournée «Âge tendre et tête de bois», à partir des années 2000 l’avait remis sous les projecteurs. Dans cet «all-star» des vedettes populaires, on retrouvait à ses côtés des artistes de la chanson française tels Dave, Sheila, Michèle Torr ou encore Stone et Charden.

«Patrick avait encore pleins de projets, notamment un nouvel album en tant que compositeur», a ajouté son agent.

(AFP)

Ton opinion