Reconvilier (BE): L’explosion du bancomat a fait un boucan d’enfer
Publié

Reconvilier (BE)L’explosion du bancomat a fait un boucan d’enfer

Tout le voisinage a été secoué samedi matin par la destruction d’un automate à billets

par
Vincent Donzé
1 / 10
Les curieux étaient nombreux samedi devant la «Coop».

Les curieux étaient nombreux samedi devant la «Coop».

lematin.ch/Vincent Donzé
L’objectif visé, c’est le distributeur de la banque «Raiffeisen».

L’objectif visé, c’est le distributeur de la banque «Raiffeisen».

lematin.ch/Vincent Donzé
Ces bancomats sont souvent pris pour cible dans l’arc jurassien.

Ces bancomats sont souvent pris pour cible dans l’arc jurassien.

lematin.ch/Vincent Donzé

Côté Tavannes, trois cents mètres séparent le centre commercial de Reconvilier d’un pâté d’immeubles locatifs, avec la route cantonale entre les deux. Mais samedi matin, l’explosion d’un bancomat a fait un boucan d’enfer entendu loin à la ronde, peu après 3 h 10. «Le bruit a réveillé mon père et ma mère», rapporte un adolescent, tandis que des ouvriers s’affairent à réparer le hall de la Coop.

«C’était comme un coup de pétard», précise un habitant de Reconvilier, en relevant que les automates de la Raiffeisen sont souvent pris pour cible. Celui de Reconvilier se trouve plus à l’écart que celui de la Banque cantonale bernoise, située sur la Grand-Rue. Au sujet des auteurs, ce citoyen cite Belfort, Lyon, Marseille: «Ils sont à la frontière, pas loin…», suppose-t-il.

Totalement détruit

Le Ministère public régional Jura bernois-Seeland a confirmé samedi que le distributeur automatique de billets a été ouvert à l’explosif, une méthode qui a causé des dommages matériels jugés «considérables»: «L’automate a été totalement détruit», a rapporté la police cantonale bernoise.

Les brigands ont quitté les lieux dans une direction indéterminée, en emportant de l’argent liquide. Une enquête a été ouverte en collaboration avec l’Office fédéral de la police (FedPol), tandis que le Ministère public de la Confédération était informé.

Dimanche matin, l’appel à témoins lancé par la police n’avait pas porté ses fruits. Chez Coop, la porte-parole Melanie Grüter indique que «le point de vente sera ouvert lundi», sans rien dire sur le manque à gagner et sa couverture éventuelle par une assurance.

Votre opinion