«100% hockeypositif» - «Hockey Inside»: LHC Fiction
Publié

«100% hockeypositif»«Hockey Inside»: LHC Fiction

Cyrill Pasche, journaliste de Sport-Center, revient sur l'actualité du hockey suisse dans la chronique décalée «Hockey Inside».

par
Cyrill Pasche
(Hockey Inside est une chronique à prendre avec des pincettes. Elle ne reflète d’ailleurs pas nécessairement, voire pas du tout, la position de la rédaction et l’interprétation de son contenu n’engage que vous-mêmes.)

(Hockey Inside est une chronique à prendre avec des pincettes. Elle ne reflète d’ailleurs pas nécessairement, voire pas du tout, la position de la rédaction et l’interprétation de son contenu n’engage que vous-mêmes.)

Yannick Michel/LeMatin

Bon on va y aller mollo cette semaine, parce que là tout le monde est tendu en Suisse romande.

À Lausanne ils sont tendus parce que Bertschy a signé à Fribourg. À Fribourg ils sont tendus parce que signer un méga contrat de 7 ans d’une valeur de plusieurs millions alors que tu viens d’annoncer plusieurs millions de pertes et que tu as encore touché les aides de la Confédération, ça fait un peu louche quand même.

À Ajoie, c’est surtout Hazen et Devos qui commencent à être tendus maintenant qu’ils font plus un seul point en National League. À Genève, tout le monde est tendu sans trop savoir pourquoi, sûrement parce que c’est Genève, et que par principe, faut râler sur quelque chose, peu importe quoi.

Enfin voilà. Pour détendre l’atmosphère, je vais quand même t’en raconter une bonne. Parce que figure-toi que contrairement à Vegas, ce qui se passe dans un vestiaire de hockey reste rarement dans le vestiaire.

(Disclaimer: voici l’histoire telle qu’on me l’a contée. Il se pourrait que ce soit de la fiction, mais il se pourrait aussi parfaitement qu’elle soit véridique en tous points.)

Te souviens-tu de l’action la plus géniale et héroïque de l’histoire du hockey suisse, le but dans la lucarne d’Aurélien Marti avec le corps d’un attaquant zurichois, lors du cinquième acte des quarts de finale des play-off remporté à Lausanne contre les ZSC Lions au moins d’avril dernier?

Eh bien figure-toi que ce soir-là, un des richissimes propiétaires du LHC serait longuement revenu sur cette action dans le vestiaire après ce match de playoff gagné, dans une tirade qualifiée de lunaire. Et il y aurait non seulement vu du génie (comme moi d’ailleurs), mais carrément «une intervention divine du messager Aurélien Marti qui, en sacrifiant son corps au péril de sa vie, aurait ainsi évité à son gardien une mort subite certaine».

(La suite de l’histoire est toutefois sujette à interprétation et les avis divergent quant à sa véracité, mais la voici tout de même telle qu’on me l’a contée.)

Alors qu’il était initialement prévu que les joueurs du LHC subissent des coupes de salaires, la légende raconte ensuite que tous ont été grâciés sur le champ suite à la sainte intervention de Marti, berger des faibles, qui venait de sauver la vie d’un gardien, l’honneur de son club en playoff, et par ricochet la fin de mois de tout un vestiaire.

Un miracle, à peine deux semaine après Pâques. C’est fou quand même.

«La marche des vertueux est semée d’obstacles, Qui sont les entreprises égoïstes, Que fait sans fin surgir l’oeuvre du malin, Béni soit-il l’homme de bonne volonté qui, Au nom de la charité se fait le berger des faibles (…)» Pulp Fiction (1994), Ezekiel 25:17.

Hockey Inside, Saison 5, épisode 2, «100% hockeypositif». C’est parti:

1. Deux matches, deux défaites. 1-3 contre Bienne, 2-7 contre Lugano, à chaque fois à domicile. Cela ne va pas fort pour les amis ajoulots, malheureusement. Mais une question, tout de même: pourquoi ce néo-promu, débarqué en National League dans des circonstances particulières (crise du Covid, pas de relégué et donc pas de possibilités de puiser dans l’effectif de l’équipe qui prend le chemin inverse), n’a pas obtenu une faveur de la ligue (et donc indirectement des autres clubs) pour pouvoir exceptionnellement disputer cette première saison dans l’élite avec 5 renforts étrangers? Le CP Berne, qui va encore plus mal que le HC Ajoie, devrait d’ailleurs aussi pouvoir bénéficier de cette possibilité, je trouve.

2. Christoph Bertschy, en collaboration avec son futur club Fribourg-Gottéron, s’est adressé par téléphone aux différents médias qui souhaitaient aborder une dernière fois son transfert à Gottéron l’année prochaine. Pas une mauvaise idée sur le fond. Mais quand même: ça me foutrait sacrément de mauvaise humeur de voir le meilleur joueur de mon équipe préférée parler à qui veut l’entendre du titre qu’il va aller chercher avec sa future équipe dès la saison prochaine. Le tout quelques heures seulement avant que mon équipe préférée se fasse encore secouer à domicile dans un derby dont l’issue est connue d’avance. Ou bien?

3. Benjamin Antonietti se réjouissait comme un gamin d’avoir marqué son premier but en carrière avec Genève et aussi de passer à la télé. Et puis il s’est passé ceci:

«Je me le fais tout de suite, ou après?»

«Je me le fais tout de suite, ou après?»

Le journaliste de MySports: «Ce but c’est un moment spécial pour vous, expliquez-nous pourquoi.»

Benjamin Antonietti (qui à ce moment ne se doute de rien): «Bah je viens d’ici, je suis né à Genève, j’avais encore jamais marqué ici…»

(Non non, Benjamin, c’est pas pour cela que c’est spécial…)

Le journaliste de MySports: «Cela faisait 710 jours que vous n’aviez plus marqué! Vous saviez encore où c’était?»

Benjamin Antonietti, qui tente de rester zen: «… En playoff contre Zoug?»

(Non non Benjamin quand même, c’était pas le 28 mars 2019, c’est plus récent voyons!)

Le journaliste de MySports: «C’était le 5 octobre 2019.»

Benjamin Antonietti, livide: «… Ah bein ok, ouais ça faisait longtemps alors.»

Voilà merci bonne fin de soirée.

4. En parlant de TV, il y a un truc qui cloche avec le nouveau concept de l’émission Back Check sur MySports. C’est pas le décor, c’est sûr, pourtant j’ai beau chercher, mais je n’arrive vraiment pas à trouver ce que cela pourrait bien être…

5. Un des points à l’ordre du jour après que Christoph Bertschy a annoncé à Petr Svoboda qu’il s’était engagé avec FR Gottéron et qu’il quitterait donc le LHC en fin de saison: finir la saison à Lausanne ou partir tout de suite? «J’ai dit à Petr Svoboda que je veux aller au bout de mon contrat», a confirmé Bertschy dans nos colonnes. Est-ce que cela signifie qu’il va vraiment rester et que Svoboda ne va pas chercher à s’en débarasser tout de suite? «Disons que je suis sûr à 99% de finir la saison avec le LHC», a ajouté Bertschy. Oui mais avec ce 1% restant, moi perso, je serais quand même sur mes gardes…

6. Si je te disais Christoph Bertschy tout de suite à Fribourg, Yannick Herren tout de suite à Berne, Vincent Praplan tout de suite à Lausanne, Romain Loeffel tout de suite à Berne et Calle Andersson tout de suite à Lugano. Tu prends, ou tu prends pas?

7. Chris McSorley revient à Genève samedi, sur le banc du HC Lugano, alors qu’il est en litige avec GE Servette pour une somme atteignant un sacré paquet de millions de francs. Le sommet de l’hypocrisie serait quand même qu’on lui déroule le tapis rouge avant le match et qu’on lui fasse un joli discours, ou bien? Ou vice versa.

8. On ne le répétera jamais assez souvent, mais trouve-toi un coach (ou un homme ou une femme) qui te regarde droit dans les yeux aussi intensément que Louis Matte.

Et ce regard a même un nom, j’ai découvert ça par hasard ce matin: Mamihlapinatapai.

9. Si tu veux vraiment te rendre compte où en est rendu le CP Berne, va donc jeter un coup d’oeil au Top 5 des compteurs de l’équipe de la capitale après 4 matches. Cela donne ça: 1. Cory Conacher (4 points) 2. Dominik Kahun (4) 3. Thierry Bader (2) 4. Thomas Thiry (2) 5. Christian Pinana (2). Si ça fait pas rêver, ça, hein?

10. (Bonus) Le gros transfert du futur:

Casquette New York Yankees avec trous d’aération. T-Shirt blanc payé une fortune dans une boutique de créateurs à Milan. Pantalon kaki de chez New Yorker. Smartphone business dans la poche avant droite pour trader du Bitcoin. Smartphone privé dans la poche avant gauche. Vraie Hublot au poignet gauche. Portemonnaie bien épais casé dans la poche arrière droite du falzar. Baskets blanches Zara. Va se promener à Berne en été. En profite pour signer quatre ans au SCB. Madame poste une photo en ville de Berne en été sur Instagram pour dire que ce sera vraiment génial bientôt à Berne. Monsieur se rend compte après coup de la boulette. Efface la photo. (C’est vrai c’est con). Se dit bah personne aura remarqué de toute façon. Retourne à Lugano. Se dit bordel comme ça va être long une année encore à tirer ici avec McSorley.  Encaisse le chèque à la fin du mois. Se dit bah finalement non ça devrait aller après tout. 

Casquette New York Yankees avec trous d’aération. T-Shirt blanc payé une fortune dans une boutique de créateurs à Milan. Pantalon kaki de chez New Yorker. Smartphone business dans la poche avant droite pour trader du Bitcoin. Smartphone privé dans la poche avant gauche. Vraie Hublot au poignet gauche. Portemonnaie bien épais casé dans la poche arrière droite du falzar. Baskets blanches Zara. Va se promener à Berne en été. En profite pour signer quatre ans au SCB. Madame poste une photo en ville de Berne en été sur Instagram pour dire que ce sera vraiment génial bientôt à Berne. Monsieur se rend compte après coup de la boulette. Efface la photo. (C’est vrai c’est con). Se dit bah personne aura remarqué de toute façon. Retourne à Lugano. Se dit bordel comme ça va être long une année encore à tirer ici avec McSorley. Encaisse le chèque à la fin du mois. Se dit bah finalement non ça devrait aller après tout.

freshfocus

Voilà, de rien. Et du fond du coeur, vraiment: un tout bon weekend!

Votre opinion