Environnement: L’héliski remporte le prix du transport absurde

Publié

EnvironnementL’héliski remporte le prix du transport absurde

L’initiative des Alpes a décerné son prix de la Pierre du Diable à la pratique du ski en hélicoptère, considérée comme «contraire à toute conscience environnementale».

par
Eric Felley
Le président de l’Initiative des Alpes, le conseiller national John Pult, s’apprête à remettre le prix du transport absurde à un responsable de Swiss Helicopter.

Le président de l’Initiative des Alpes, le conseiller national John Pult, s’apprête à remettre le prix du transport absurde à un responsable de Swiss Helicopter.

Initiative des Alpes

«Le ski héliporté ne respecte pas le fragile espace alpin. Il effraye la faune sauvage et émet d’énormes quantités de CO2». L’Initiative Alpes a communiqué mardi le «gagnant» de son concours, qui attribue le prix de la Pierre du Diable au transport le plus nuisible à l’environnement. «S’envoler dans les Alpes au bruit vrombissant des rotors et juste pour le plaisir, écrit l’association, menaçant la quiétude de la nature est absurde, contraire à toute conscience environnementale et ne correspond pas à un esprit sportif».

Sur les 6857 personnes qui ont participé au vote lancé au mois de juillet, 2768 ont visé l’offre de Swiss Helicopter, qui dispose de quatorze sites dans toute la Suisse. Les bâtonnets pour mélanger le café, vendus par Migros et fabriqués en Chine avec du bois importé d’Estonie, ont obtenu 2283 voix. Enfin les pois mange-tout de chez Coop, acheminés par avion depuis le Kenya, ont fait 1806 voix.

«Les Alpes ne sont pas un Disneyland»

Pour le conseiller national Christophe Clivaz (V/VS), membre du comité de l’Initiative des Alpes: «La préservation de notre immense patrimoine touristique suisse, nos Alpes, ne doit pas être en contradiction avec les pratiques touristiques elles-mêmes. Les Alpes ne sont pas un parc Disneyland et l’offre Heliski de Swiss Helicopter n’est pas la solution: exploitons nos infrastructures sans porter atteinte à la paix et au climat des Alpes».

Sans colle, ni clou, ni produit chimique

Le prix inverse, le Cristal de Roche, a été décerné à une entreprise valaisanne de Vollèges «Auprès de mon arbre», qui travaille avec le bois des forêts valaisannes. Elle propose des constructions durables sans colle, ni clou, ni produit chimique. Membre également de l’Initiative des Alpes, le conseiller national Emmanuel Amoos (PS/VS) s’en réjouit: «Auprès de mon arbre est l’excellent exemple d’une entreprise méritante. Pour la construction d’une maison, Auprès de mon arbre nécessite 300 m³ de bois. En Suisse, ce volume pousse en quinze minutes et stocke durablement le CO2 de l’atmosphère!».

Ton opinion

13 commentaires