Actualisé

Homicide de Collonge (GE)L’homme n’aurait pas été tué par sa femme

Selon nos informations, la tireuse (toujours en fuite) ne serait pas la compagne de l’homme tué par balle (arrivé depuis peu dans le quartier).

par
Benjamin Pillard et Valérie Duby
1 / 22
Collonge-Bellerive (GE), où un retraité a été abattu dans un garage privé, a été bouclé du matin jusque vers 16 h.

Collonge-Bellerive (GE), où un retraité a été abattu dans un garage privé, a été bouclé du matin jusque vers 16 h.

Keystone
Collonge-Bellerive (GE), où un retraité a été abattu dans un garage privé, a été bouclé du matin jusque vers 16 h.

Collonge-Bellerive (GE), où un retraité a été abattu dans un garage privé, a été bouclé du matin jusque vers 16 h.

Keystone
Collonge-Bellerive (GE), où un retraité a été abattu dans un garage privé, a été bouclé du matin jusque vers 16 h.

Collonge-Bellerive (GE), où un retraité a été abattu dans un garage privé, a été bouclé du matin jusque vers 16 h.

Keystone

La police genevoise et les gardes-frontière recherchent toujours activement une femme à l’origine d’un homicide perpétré dans un garage souterrain de Collonge-Bellerive (GE). Des coups de feu avaient été entendus par les riverains vers 10h30.

«Les policiers sont encore dans nos jardins; c’est impressionnant de voir tous ces gens qui rentrent et sortent. Comme dans les films, mais en pire!» Domiciliée au numéro 3 du chemin du Grand-Clos, Maria* est une voisine directe de l’homme tué par balles. «Je n’ai pas entendu les coups de feu mais l’arrivée des policiers en gilets pare-balle armés de mitraillettes. J’avais les fenêtres ouvertes, c’était comme à Chicago. Je me suis couchée à terre parce qu’une balle, c’est vite arrivé… ça m’a complètement angoissée, j’avais presque envie de pleurer…» Les élèves d'une école primaire toute proche ont dû se retrancher dans deux bâtiments pendant près d’une heure, avant de retrouver leurs parents inquiets sur un parking des environs. Les cours ont repris normalement à 13h30, avec l’appui d’une cellule psychologique.

Selon nos informations, la victime, un homme de 73 ans, aurait emménagé dans le quartier il y a six mois, seul, après avoir vécu longtemps dans le village de Vésenaz, dans la même commune de Collonge-Bellerive. S'il avait bien une compagne, la tireuse ne serait pas celle du défunt.

«C’est une commune normalement tranquille, ce qui arrive est très triste», nous a confié la maire Francine de Planta, dépêchée sur place pour rassurer ses administrés. Et de rappeler le drame survenu à 100 mètres de là, où un agent de sécurité de 42 ans avait abattu par balle sa femme d’origine russe, dans une villa mitoyenne où le couple (qui s’était rencontré dans un cabaret) avait emménagé quelques mois plus tôt. Le tireur avait été rapidement interpellé après avoir tiré des coups de feu en direction des forces de l’ordre qu’il avait lui-même alertées. C’était le 3 avril en fin d’après-midi; journée de Vendredi Saint.

* Prénom d'emprunt

Votre opinion