Publié

FormationL’IDHEAP va intégrer l’Université de Lausanne

L’Institut de hautes études en administration publique projette de fusionner avec l'UNIL d'ici les années 2013 et 2014.

L'IDHEAP a déménagé en 2010 sur le campus de Dorigny.

L'IDHEAP a déménagé en 2010 sur le campus de Dorigny.

Keystone

L’Institut de hautes études en administration publique (IDHEAP) projette d’intégrer l’Université de Lausanne (UNIL). Les directions des deux institutions, situées sur le même campus, vont étudier les modalités de cette fusion prévue pour 2013 ou 2014.

Ce rapprochement institutionnel est une «suite logique» des collaborations menées depuis près de dix ans, a expliqué jeudi Martial Pasquier, nouveau directeur de l’IDHEAP. Physiquement, depuis son déménagement en 2010, l’institution occupe d’ailleurs un bâtiment totalement intégré au campus de Dorigny.

Programmes académiques classiques

Au sein de l’Université, l’IDHEAP poursuivra ses expertises et ses mandats pour le secteur public, ainsi que son travail de formation continue. Depuis quelques années, l’institution a développé des programmes académiques classiques: des masters en administration publique destinés aux personnes en cours d’emploi - aux cadres de l’administration par exemple - comme aux étudiants de l’UNIL.

Cette intégration élargira le portefeuille scientifique de l’UNIL avec une approche novatrice combinant formation de base et formation continue. Elle affirmera encore plus le service que l’UNIL offre à sa société, souligne un communiqué de presse commun.

Liens étroits

Les deux partenaires entretiennent des liens étroits. Une étude des modes de fonctionnement réalisée en été 2011 montre qu’il n’existe «aucune difficulté particulière» pour intégrer les activités et les quelque 80 collaborateurs de l’IDHEAP au sein de l’UNIL. Sur de nombreux points, statuts et règlements de l’IDHEAP sont calqués sur ceux de sa grande voisine, qui compte près de 12’000 étudiants.

Le projet a reçu le soutien du canton de Vaud et du Secrétariat d’Etat à la formation et à la recherche. La conseillère d’Etat Anne- Catherine Lyon a salué «un beau projet d’avenir».

Le cadre organisationnel et financier reste à élaborer. Les fiancés possèdent grosso modo les mêmes structures de financement, a expliqué M. Pasquier. L’IDHEAP dispose d’un budget de l’ordre de 13 millions de francs, dont 3,1 millions sont fournis par le canton et 2,6 millions par la Confédération. «Le reste provient de recettes liées à nos activités de recherche», a expliqué le directeur.

(ATS)

Votre opinion