Publié

footLigue 1 - A Monaco, le projet devient très flou (PAPIER D'ANGLE)

Par Christophe BELLEUDI Monaco, 31 août 2014 (AFP) - L'AS Monaco n'avance pas (4 points en 4 matches) et ses dirigeants, qui pourraient lâcher Falcao, semblent incapables d'assumer les prestigieuses ambitions énoncées au début de saison, rendant leur projet très flou.

Après les départs de James, Rivière, Obbadi et Abidal, Monaco pourrait devoir lâcher l'homme sur qui toute leur communication est basée depuis un an, sa star à 1,2 millions d'euros net mensuels de salaire: Radamel Falcao. Alors que, ces derniers temps, le club a tout fait pour lui assurer de disputer une saison dans les meilleures conditions et l'aider à revenir progressivement à son meilleur niveau, Falcao a décidé de choisir une autre voie, il veut quitter le Rocher. Son agent, le Portugais Jorge Mendes, en Principauté depuis jeudi, est là pour ça. Lui qui est également l'agent de James (vendu plus de 80 millions d'euros au Real Madrid) et à qui Monaco avait donné les clés de son mercato la saison dernière, est tranquillement mais sûrement en train de détricoter l'effectif monégasque. A chaque fois, il transfère, négocie les transactions. Encore mieux: depuis cet été, un de ses compatriotes et proches, Luis Campos, qui oeuvrait jusqu'alors dans l'ombre pour le club, a été officiellement nommé directeur technique monégasque. Comme par hasard, deux joueurs acquis cet été proviennent du portefeuille de Mendes. Pour Falcao, Mendes négocie donc un départ. Les noms de Manchester City, Real Madrid, Valence et Juventus Turin sont évoqués comme destinations possibles. Mais, pour chaque club, d'importants obstacles restent à surmonter afin de finaliser ce dossier complexe sur le plan financier et celui des assurances. Car le joueur sort à peine d'une blessure très grave au genou gauche. Si le départ de Falcao, qui semble inéluctable, se concrétisait dans les prochaines heures (et même si Monaco recrutait l'ex-Parisien de l'Atletico Madrid, Cristian Rodriguez, ou encore le Brésilien Douglas Costa du Shakhtar Donetsk), il en serait terminé du fameux projet monégasque que Dmitry Rybolovlev avait vendu en décembre 2011 au Prince Albert. Ce départ briserait également la confiance que le président milliardaire russe avait pu recevoir des supporteurs du club. Certains se sont même sentis humiliés par la façon dont Falcao s'est comporté samedi avant Monaco-Lille et dont que Vadim Vasilyev, le vice-président du club, a oublié de communiquer. Il faut dire qu'actuellement, le flou règne au club. Le patron, Rybolovlev, brille par son absence. Opéré en juin, il n'est plus apparu au stade Louis-II depuis. Outre sa santé précaire et la complexe gestion de son divorce, dont un premier jugement l'oblige à payer plus de 3 milliards de dollars à son ex-épouse, Rybolovlev doit également faire face à la complexité et aux spécificités du village monégasque. En investissant à l'AS Monaco et en sauvant l'une des vitrines de la Principauté de la faillite, il pensait qu'on lui ouvrirait plus facilement les portes en Principauté. Certaines l'ont été. Et il ne peut s'en plaindre. D'autres, non. Ainsi, son projet de modernisation du stade Louis-II a été retoqué. Car si ce dernier était spectaculaire, le Russe souhaitait devenir, en contrepartie, propriétaire du stade. Vue l'importance qu'il revêt pour le sport amateur et scolaire en Principauté, et vu le prix du mètre carré de terrain sur le Rocher, sa demande était utopique. Elle fut même assez peu appréciée en haut lieu. A quelques heures de la fin du mercato, Monaco, annoncé comme un nouveau riche la saison dernière, paraît désormais ne plus parvenir à expliquer sa politique et son projet, limpide il y a peu et pourrait bientôt manquer de têtes d'affiche. cb/hf/rl/pgf

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!