Publié

footLigue des champions - Galatasaray et Drogba surprennent la Juventus (COMPTE RENDU)

TURIN (Italie), 02 oct 2013 (AFP) - Galatasaray a tenu en échec la Juventus à Turin (2-2) grâce à un super Didier Drogba, buteur et passeur mercredi, et relancé le suspense dans un groupe B de Ligue des champions dominé par le Real Madrid.

Dans un final haletant, la Juve a cru avoir renversé le match grâce à Arturo Vidal, sur penalty (78), et Fabio Quagliarella (87), répondant au but de Drogba pour les Turcs en première période (36). Mais le diabolique attaquant ivoirien a offert une superbe passe décisive à Umut Bulut pour l'égalisation une minute après le 2-1 (88). La Juve, déjà tenue en échec à Copenhague (1-1) lors de la 1re journée, ne compte que deux points et va devoir lutter avec les Sang et Or stambouliotes (un point) pour la qualification. La prochaine double confrontation avec le Real Madrid n'a plus rien d'un match de prestige, il s'agira de prendre des points en prévision d'un carton plein du Galatasaray contre le FCK. Drogba, que la Juve a en vain courtisé l'hiver dernier, quand il a quitté la Chine pour le Bosphore, a montré qu'il était encore un pur-sang. Il a d'abord bien exploité une mauvaise passe en retrait de Leonardo Bonucci pour devancer la sortie de Gianluigi Buffon (36). A 35 ans, l'infatigable Ivoirien a signé son cinquième but cette saison toutes compétitions confondues. Puis, quand la Juve semblait avoir gagné, Drogba s'est élevé plus haut que tout le monde pour dévier de la tête un ballon vers les pieds de l'ex-Toulousain Bulut. Galatasaray s'est bien remis de sa débâcle à Istanbul contre le Real Madrid (6-1), qui a coûté sa place à Fatih Terim. Son successeur Roberto Mancini pensait en première mi-temps avoir réussi son coup. A peine arrivé sur le banc des Lions, il a longtemps réussi à tenir en cage les attaquants de la Juve. Vieil adversaire de la Juventus quand il entraînait l'Inter Milan (2003-2008), "Mancio" n'a pas oublié les préceptes tactiques du calcio. Sur l'autre banc, Antonio Conte, très agité sur son banc, a encouragé ses joueurs à se ruer vers l'avant. Pour les aider, il a fait entrer à la pause Mauricio Isla, plus offensif, à la place de Stéphane Lichtsteiner. Pour les 25 dernières minutes, Conte a remplacé un défenseur, Bonucci, par un attaquant Fernando Llorente, pour un baroud final en 4-4-2 avec deux arrières très offensifs, Kwadwo Asamoah et Isla. L'activité de Carlos Tevez et Paul Pogba, la combativité de Quagliarella et le talent intact d'Andrea Pirlo ont semblé faire pencher le match côté turinois. Quagliarella a ainsi obtenu un penalty pour un contact avec le Néerlandais Nordin Amrabat dans la surface, sanction transformée par Vidal. Puis une trajectoire parfaite de Pirlo a trouvé la tête de Quagliarella dans la surface pour le 2-1. Mais les "Juventini" se sont réjouis trop tôt... eba/cle

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!