Publié

footLigue des champions - Juventus-Galatasray: Mancini retrouve l'Italie (ENCADRE)

TURIN (Italie), 01 oct 2013 (AFP) - Tout frais entraîneur de Galatasaray, Roberto Mancini commence sa mission stambouliote par un redoutable déplacement à Turin contre une Juventus qu'il connaît bien, mercredi pour la 2e journée de Ligue des champions (Groupe B).

"Difficile de préparer un tel match en un seul jour, mais nous allons essayer", a dit le technicien italien lundi soir à la chaîne du club, juste après avoir signé son contrat de trois ans. Mancini, 48 ans, parti en 2008 de l'Inter Milan, n'a pas peur de ce premier "grand défi". "Nous allons jouer et tenter notre chance, comme toujours", a-t-il promis. L'entraîneur de l'Inter des années "Calciopoli", qui a récupéré le "scudetto" 2006 enlevé à la Juve par la justice sportive italienne, risque d'être fraîchement accueilli par le Juventus Stadium... Il va également retrouver Carlos Tevez, l'attaquant qu'il avait mis six mois sur la touche pour mutinerie la saison où les deux hommes avaient fini champions d'Angleterre avec Manchester City (2012). Ce match multiplie décidément les clins d'oeil, car Mancini a pris sur le banc des Sang et Or d'Istanbul la place de Fatih Terim, à qui il avait déjà succédé comme entraîneur à la Fiorentina en 2001! Pour corser la mission de Mancini, Galatasaray doit soigner une équipe corrigée à Istanbul par le Real Madrid lors de la 1re journée (6-1), et apaiser un vestiaire en ébullition, à l'image de la dispute entre Wesley Sneijder et Emmanuel Éboué à l'entraînement. Afin de préparer en un éclair son match contre la Juve, le "Mancio" s'appuie sur son staff très "italien", avec ses assistants Fausto Salsano et Attilio Lombardo, l'ex-chauve de la Sampdoria de Mancini et Gianluca Vialli, le préparateur athlétique Ivan Carminati et le Brésilien Taffarel, ex-Parme, entraîneur des gardiens. Attention toutefois, le dernier passage en Italie de Mancini il y a deux saisons avec City lui avait coûté l'élimination en Ligue des champions contre Naples. eba/ig

(AFP)

Votre opinion