Publié

footLigue des champions - La Gantoise, entre fierté et incrédulité (COMMENTAIRE)

Par Benoît NOEL

Bruxelles, 10 déc 2015 (AFP) - La Gantoise, premier club belge à atteindre les 8es de finale de la Ligue des champions, oscillait entre fierté et incrédulité, jeudi au lendemain d'un succès qualifié "d'historique" face au Zénit Saint-Pétersbourg (2-1).

"Mais les gars, on fait quoi là ?" En larmes au terme de la rencontre, le latéral droit Thomas Foket ne parvenait pas à réaliser.

"Demain, après-demain et surtout lundi (jour du tirage au sort des 8es, ndlr), on va se rendre compte que ce qu'on a réussi est fantastique", se pinçait-il.

L'exploit est effectivement de taille. Le plus petit budget (26 millions d'euros) d'un groupe comportant outre le Zénit, l'Olympique lyonnais et Valence, a aligné trois succès de rangs face à ces grosses écuries, pour transformer le coup d'essai en coup de maître.

Champion de Belgique l'an passé pour la première fois en 115 ans d'existence, le club flandrien avait tout de l'oiseau pour le chat.

Et pourtant, au terme de la phase des poules, Gand n'a volé sa qualification à personne après avoir proposé un football audacieux, sans jamais de frilosité.

"Gand mérite sa qualification, reconnaissait mercredi soir Andre Villa-Boas, l'entraîneur du Zénit, également qualifié. Cette équipe s'appuie sur un beau système et pratique un jeu très agréable à regarder".

Le compliment ira sans doute droit au coeur de son alter ego belge, Hein Vanhaezebrouck, qui a effectivement mis au point un système offensif (en 3-4-3) et efficace.

"Mais ce sont mes joueurs les héros, tempérait Vanhaezebrouck. Ma tâche est de retirer le maximum de mes garçons, mais une fois sur le terrain, je ne suis plus qu'un petit pion et ce sont les joueurs qui doivent faire la différence".

Et parmi ces joueurs, l'attaquant Laurent Depoitre symbolise à lui seul la réussite gantoise.

Le buteur wallon, 27 ans, évoluait encore en D3 belge il y a quatre ans et peut être qualifié de révélation de cette phase des poules.

Intraitable dans les duels mercredi, la tour (1,90 m) des Buffalos a ouvert le score de la tête avant d'accomplir un travail défensif remarquable.

Sa bonne saison en C1 en a aussi fait un Diable Rouge, convoqué pour la première fois par le sélectionneur Marc Wilmots le mois dernier.

Depoitre, courtisé par plusieurs clubs, anglais notamment, ne restera pas à Gand qui a déjà acté son départ en juin prochain.

Les dirigeants auront de l'argent pour le remplacer. La qualification pour les 8es de finale rapportera au club 26 millions d'euros (en primes de résultat et droits TV), soit l'équivalent du budget annuel du club.

De quoi faire de Gand la nouvelle capitale du football belge. Considéré en mai dernier comme un accident de l'histoire, le titre de champion ne sera sans doute pas qu'un feu de paille.

Les habituels ténors du championnat belge, Anderlecht, Bruges et le Standard de Liège, vont devoir composer pour longtemps sans doute avec un nouveau concurrent d'envergure.

Un club encore inconnu sur la scène européenne avant le mois de septembre et qui s'est fait un nom en à peine trois mois.

bnl/yk

(AFP)

Ton opinion