07.06.2015 à 13:08

footLigue des champions - La Juventus veut s'installer (COMMENTAIRE)

Rome, 7 juin 2015 (AFP) - La Juventus Turin voit dans la finale perdue contre Barcelone (3-1) samedi le signe de son retour durable parmi les grands d'Europe, et compte revenir plus forte dès l'année prochaine en Ligue des champions.

"Ce n'est qu'un point de départ, maintenant nous devons consolider notre place parmi les huit meilleures équipes d'Europe", annonce Massimiliano Allegri. L'entraîneur de la Juve, arrivé sous les sifflets cet été à la place d'Antonio Conte, a indéniablement fait progresser son équipe, capable de s'adapter à tous les adversaires en coupe d'Europe. Joueuse contre le Real Madrid, fermée à double tour contre Monaco, elle a fait douter le grand Barça avant de s'incliner. Le technicien, auteur du doublé Coupe-Championnat d'Italie, parle d'"une saison fantastique, avec une grande finale". "Ce sera difficile de faire mieux que ça", estime-t-il. Déçu d'avoir concédé le but du 2-1 quand ses joueurs dominaient légèrement mais déjà tourné vers la saison prochaine, Allegri veut retenir "une autre occasion de progresser pour l'équipe : quand tu as le match en main, tu dois faire plus attention". La presse italienne dans son ensemble saluait le match de son représentant, sorti "la tête haute", selon les titres de plusieurs journaux, et battu par un adversaire plus fort que lui. La défaite en finale, la sixième, record de la C1 (5 pour le Bayern Munich et Benfica), n'efface pas la "grande satisfaction d'être arrivés jusque-là", pour l'administrateur délégué du club, Giuseppe Marotta. "La Juve est revenue là où elle avait un peu disparue. Finaliste signifie être de retour parmi les meilleurs, souligne le dirigeant. Nous avons l'obligation de nous y remettre dès le premier match de Ligue des champions la saison prochaine", où la Juve, championne d'Italie, sera tête de série. La "Vieille Dame" a fait mentir bien des pronostics. En début de saison, très peu de personnes, même à Turin, imaginaient une Juve en finale à Berlin. La période post-Calciopoli, le scandale éclaté en 2006, est bouclée pour de bon et le club turinois peut désormais se tourner vers 2016 avec ambition. "Nous avons eu des occasions de l'emporter, cette équipe est en train de se préparer à gagner des matches comme celui-là", note Alvaro Morata, le buteur "bianconero" de la finale, un des grands espoirs de l'équipe, âgé de 22 ans. "Nous ne voulons pas nous arrêter, nous sommes prêts à tout faire pour améliorer cette équipe", promet Marotta. Le quadruple champion d'Italie en titre a déjà cassé sa tirelire (40 millions d'euros avec les bonus) pour Paolo Dybala, l'attaquant argentin de Palerme, et devrait annoncer l'arrivée de l'Allemand Sami Khedira, en provenance du Real Madrid, pour remplacer Arturo Vidal ou Paul Pogba au milieu de terrain. La Juve cherche également un grand défenseur et pourrait miser sur un attaquant confirmé, pensant toujours à Radamel Falcao (Manchester United), voire Gonzalo Higuain (Naples). Après douze ans sans finale européenne, elle a repris goût aux sommets. L'Italie, à sa botte depuis quatre saisons, ne lui suffit plus. L'appétit est revenu, décuplé, dans le sillage de son gardien, meilleur joueur de son équipe en finale, à 37 ans. Gianluigi Buffon veut se "maintenir à ce niveau pendant trois ans" encore et enfin gagner cette coupe aux grandes oreilles qui se refuse à lui. "Je joue à la Juve, et il arrive que la Juve gagne la Coupe", prophétise "Gigi". eba/es

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!