Publié

footLigue des champions: Monaco entre rêve et pragmatisme avant Arsenal (PRESENTATION)

Par Christophe BELLEUDI Monaco, 16 mars 2015 (AFP) - Monaco, qui reçoit mardi Arsenal en huitième de finale retour de la Ligue des champions, est conscient du défi: malgré le gros avantage pris à l'aller (victoire 3-1), son rêve de top huit européen passera par une performance de haut niveau.

L'équipe de la Principauté a pour elle la forme du moment. En 2015, elle n'a essuyé que deux défaites, pour dix victoires et quatre nuls en seize matches. Et encore: à Guingamp en L1 (1-0), elle avait raté son match et le quart de finale de Coupe de France au Parc des Princes (2-0) n'avait pas été jugé prioritaire par Leonardo Jardim, pour la première fois de la saison. Monaco vit donc plus qu'une période d'embellie. Même avec un nombre élevé de blessés ou de suspendus, l'équipe a su rester constante à un très bon niveau de performance. Entre-temps, l'infirmerie s'est bien vidée et Monaco pourra opposer presque toutes ses forces vives à son adversaire. Progressivement, Monaco, dont le système défensif est désormais vanté à travers l'Europe, parvient également à marquer plus de buts. Au trois inscrits à l'Emirates Stadium à l'aller, sont venues s'ajouter six réalisations à Annecy contre Evian/Thonon et contre Bastia, sur les deux dernières sorties en L1. Ce point est crucial avant d'aborder ce retour contre Arsenal. "Il faudra faire attention défensivement, être appliqué et solidaire, explique de défenseur international tunisien Aymen Abdennour. Cela va être compliqué. Notre équipe défend bien. Mais on sait aussi bien attaquer. J'espère qu'on marquera." Contre un adversaire qui n'a rien à perdre, les Monégasques devront effectivement savoir contrer avec efficacité. Car les hommes d'Arsène Wenger, qui sont dans l'obligation d'inscrire au minimum trois buts pour se qualifier, devraient très rapidement tenter d'étouffer leurs adversaires. Ils en sont capables. Depuis la claque de l'aller, les Londoniens restent sur quatre victoires consécutives (neuf buts marqués, deux encaissés), dont une, très probante en Cup à Old Trafford contre Manchester United. Wenger entend donc voir ses hommes emballer la rencontre et mettre sous pression Monaco. Il comptera pour cela sur un Giroud retrouvé, aussi inefficace à l'aller que performant lors de ses trois dernières prestations en Premier League (trois buts). Monaco s'attend ainsi à devoir endiguer une véritable furie en début de match. Le staff a prévenu les joueurs. "Il faudra être très sérieux, compact et respecter cette équipe", prévient le très expérimenté Ricardo Carvalho qui devrait commander la défense azuréenne. "On a l'avantage, c'est bon pour nous, enchaîne-t-il. Il faudra bien défendre. Mais on ne pourra pas le faire tout le temps." D'ailleurs, les exemples d'équipes mises à mal après avoir remporté le premier acte par une différence importante à l'extérieur pullulent. Cette saison encore, le Real Madrid, vainqueur à Gelsenkirchen contre Schalke 04 (2-0), a failli passer à la trappe dans son antre de Bernabeu (défaite 4-3). Et il y a deux ans, le futur vainqueur de la compétition, le Bayern Munich, avait gagné 3-1 à l'extérieur en huitième de finale, avant de se faire très peur au retour (défaite 2-0) à l'Allianz Arena. Arsène Wenger s'en souvient certainement mieux que quiconque: cette équipe vengeresse, c'était déjà son Arsenal. cb/rl/nip/fbx

(AFP)

Ton opinion