Publié

footLigue des Champions - Nul entre Barcelone et l'AS Rome, chef d'oeuvre pour Florenzi (COMPTE RENDU)

Par Stanislas TOUCHOT

Rome, 16 sept 2015 (AFP) - Barcelone, champion d'Europe en titre, a pris un point mercredi sur la pelouse de l'AS Rome (1-1) pour son premier match de Ligue des Champions cette saison, au bout d'une rencontre marquée par le but merveilleux d'Alessandro Florenzi.

Il faut commencer par le plus beau car le geste de Florenzi est un chef d'oeuvre comme on n'en voit pas chaque semaine, même en Ligue des Champions.

Collé à la ligne de touche et à plus de 40m du but barcelonais, le latéral droit romain a téléguidé au-dessus de la tête de Marc-André Ter Stegen un ballon qui a touché le poteau avant d'entrer (31e).

Cette merveille de balistique a fait exploser le Stadio Olimpico et a aussi rappelé que l'école allemande des gardiens forts au pied et très avancés pour anticiper, présidée par Manuel Neuer, n'allait pas sans risque.

Ce but allait ouvrir une bonne période pour la Roma, qui finissait fort les 45 premières minutes avec des occasions pour Radja Nainggolan (43e) et Mohamed Salah, beaucoup trop rapide pour Jérémy Mathieu sur ce coup-là (45e).

Mais pour le reste, malgré un Neymar assez discret, le match a été un concentré de jeu barcelonais, celui que Luis Enrique n'avait pas réussi à installer lors de son passage comme entraîneur dans la capitale italienne pour la saison 2011-2012.

Des passes à n'en plus finir, un Lionel Messi fidèle à lui-même pour sa 100e en Ligue des Champions et à qui il est impossible de prendre le ballon et l'impitoyable Luis Suarez, animal à sang très froid au moment de marquer.

Alors qu'un petit moment de flottement s'était installé dans la défense romaine après une chute de Lucas Digne, touché involontairement par Messi, l'Uruguayen restait lui parfaitement concentré sur sa cible pour pousser de la tête au fond des filets l'impeccable centre de Ivan Rakitic (1-0, 21e).

Suarez s'est ensuite fait de nouveaux amis à Rome avec un contact appuyé sur la main du gardien giallorosso Wojciech Szczesny, obligé de laisser sa place à Morgan De Sanctis (50e).

La Roma, elle, a beaucoup couru, comme le font toutes les équipes contre Barcelone, mais pas tant souffert que ça. Les Catalans ont tout de même touché le haut de la barre par Messi (78e) mais, en dépit d'une ultime poussée dans le temps additionnel, n'ont pas semblé vouloir enfoncer le clou à tout prix.

Les champions d'Europe en titre sortent tout juste d'un gros duel face à l'Atletico Madrid et ce point pris sur le terrain de leur rival a priori le plus solide - même s'il faudra surveiller le Bayer Leverkusen, vainqueur 4-1 du BATE Borisov - est pour eux un résultat satisfaisant.

C'est aussi le cas pour la Roma, qui vit encore avec le traumatisme du 7-1 infligé la saison dernière par le Bayern Munich, dernier grand d'Europe avant le Barça à avoir foulé la période de l'Olimpico.

Et les spectateurs ont fêté ce nul comme une victoire et sont partis contents aussi. Ils raconteront encore longtemps le but de Florenzi.

stt/mca

(AFP)

Votre opinion