16.09.2013 à 18:16

FootballLigue des champions - Olympiakos, la fragile exception grecque (MAGAZINE)

ATHENES, 16 sept 2013 (AFP) - L'Olympiakos, hôte du Paris SG mardi au Pirée en ouverture de la Ligue des champions, fait encore figure de -fragile- exception au sein d'un football grec durement frappé par la crise.

Deux mondes s'affrontent mardi soir au stade Georgios Karaiskakis dans le cadre de la plus prestigieuse compétition de clubs européenne. Avec 400 millions d'euros, le budget du Paris SG, club le mieux doté de France depuis l'arrivée en 2011 du fonds d'investissements quatari QSI, pèse environ dix fois celui du premier club grec, estimé à environ 40 millions d'euros. Soit 10 M EUR en dessous de la moyenne des clubs de Ligue 1. Mais au plan national, le prestigieux club du Pirée, fondé en 1925, demeure le moins affecté par la baisse générale des budgets et de la fréquentation des stades auquel il paie toutefois un tribut non négligeable. Et sa domination sportive, avec 26 titres de champion dont les deux derniers en date, reste sans égal. Autre club historique d'Athènes, l'AEK, fondé en 1924, a été relégué pour la première fois de son histoire, en 3e division de surcroît, avec une ardoise de 35 millions d'euros. Quant au Panathinaïkos, pas même autorisé par l'UEFA à participer à l'Europa League, son budget a chuté de 18 à 5 millions d'euros et l'équipe a délaissé le stade olympique (75.000 places) pour la bien plus modeste enceinte Apostolos Nikolaidis (16.620 places). Si l'Olympiakos a su, pour l'heure, éviter pareille débâcle financière et continue de dominer les débats sur le plan sportif (4 victoires en 4 matches cette saison), la gabegie n'est pas de mise. Karembeu Malgré le soutien du riche armateur Evangelos Marinakis, homme fort du club depuis 2007 qui fut également président de la Ligue grecque et vice-président de la Fédération, l'équipe du Pirée a vu son budget diminuer sensiblement ces dernières années. Dans les tribunes, la présence de ses supporteurs a elle aussi chuté de 22% la saison dernière. Seulement 10.000 personnes ont assisté samedi à la 4e victoire de la saison de leur équipe, déjà bien installée en tête du classement du championnat national. Et la venue du Paris SG mardi soir ne devrait vraisemblablement pas faire le plein. Sur le terrain, le club continue de recruter, certes modestement, la prise la plus emblématique étant sans doute l'Argentin Javier Saviola (31 ans), ex-attaquant, entre autres, du FC Barcelone et du Real Madrid. L'Olympiakos, entraîné par l'Espagnol Michel, ex-patron des jeunes du Real Madrid, puis de Getafe et Seville, a également réalisé quelques emplettes en France, ciblant particulièrement de jeunes joueurs africains comme le milieu congolais Delvin N'Dinga, prêté par Monaco, le défenseur camerounais Gaëtan Bong (Valenciennes) ou encore le milieu malien Sambou Yatabaré (Bastia). Autre touche française, l'ex-international Christian Karembeu, champion du monde en 1998, a intégré l'équipe dirigeante du club et le Sud-Africain Pierre Issa, ancien défenseur de l'Olympique de Marseille, occupe le rang de directeur sportif. Bien décidés à jouer un tour au Paris SG avant de s'attaquer à Anderlecht et au Benfica dans cette Ligue des champions 2013/2014 et de rêver rééditer la meilleure performance européenne du club, un quart de finale en 1999. le/bpa/pgr/sk

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!