15.10.2020 à 11:02

TennisL’incroyable évasion de Sam Querrey

Testé positif à la Covid-19 avant le début du tournoi de Saint-Pétersbourg, l’Américain de 33 ans a décidé de fuir la Russie avec femme et bébé par peur d’être hospitalisé.

par
Jérémy Santallo
Personne ne sait actuellement où se trouve Sam Querrey.

Personne ne sait actuellement où se trouve Sam Querrey.

AFP

Le communiqué de l’ATP prend tout son sens. Dans celui-ci, l’instance annonçait mercredi une «grave violation» du «protocole sanitaire» à Saint-Pétersbourg, tournoi qui se déroule cette semaine. Ben Rothenberg, du «New York Times», insider connu du milieu, a découvert une histoire surréaliste, digne d’un vieux film d’espionnage.

Testé positif à la Covid-19 en début de semaine, à quelques heures de son entrée en lice face au Canadien Denis Shapovalov, Sam Querrey était censé passer quatorze jours au luxueux hôtel «Four Seasons» pour effectuer sa quarantaine. Tout comme sa femme, Abby, et son bébé, Ford, âgé de 8 mois, eux aussi testés positifs.

Sauf que le géant serveur américain (1m98) aurait reçu un appel des autorités sanitaires lui indiquant que lui et sa famille allaient recevoir la visite d'un médecin et que s'ils présentaient des symptômes, ils pourraient être hospitalisés contre leur volonté. Et donc potentiellement séparés dans un pays étranger…

Depuis là, le 49e joueur mondial, qui présentait des légers symptômes, a pris une décision radicale: la fuite. Il a mis sur pied un voyage en jet privé afin de passer la frontière russe. Le demi-finaliste de Wimbledon 2017 et sa famille logeraient désormais dans un Airbnb dans un «pays voisin européen».

On l’imagine furieuse de la tournure des événements, l'ATP a évoqué une «grave violation du protocole», qui pourrait également avoir des «répercussions sur le reste du circuit». Selon le règlement, Sam Querrey risque une amende de 100’000 dollars et jusqu’à trois ans de suspension.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
13 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Etasseur

16.10.2020 à 17:55

A force de faire systématiquement jouer le rôle du méchant à des Russes à Hollywood et de parler de la Russie comme si c'était encore l'URSS certains Américains s'imaginent que séjourner en Russie les condamne inévitablement au goulag. La russophobie a remplacé l'antisémitisme des années 30 mais cette campagne de haine repose sur les mêmes mécanismes et la même ignorance et on sait où ça conduit

Brno de Seynod

16.10.2020 à 12:10

Il a bien fait !

Indignation

15.10.2020 à 12:16

Hospitalisé contre sa volonté?! La dictature est en marche...