Pandémie - L’Inde plongée en quelques jours dans le chaos
Publié

PandémieL’Inde plongée en quelques jours dans le chaos

La situation en Inde, où la pandémie a atteint une gravité sans précédent, est «plus que déchirante», a déclaré lundi le directeur général de l’OMS.

Des membres d’une famille et des proches portent le corps d'une victime décédée du Covid-19 au milieu des bûchers d'autres victimes sur un terrain de crémation à New Delhi, le 26 avril 2021.

Des membres d’une famille et des proches portent le corps d'une victime décédée du Covid-19 au milieu des bûchers d'autres victimes sur un terrain de crémation à New Delhi, le 26 avril 2021.

AFP

«L’OMS fait tout ce qu’elle peut, en fournissant du matériel et des équipements essentiels, notamment des milliers de concentrateurs d’oxygène, des hôpitaux de campagne mobiles préfabriqués et du matériel de laboratoire», a affirmé Tedros Adhanom Ghebreyesus en conférence de presse.

«La situation est fragile au niveau mondial»

En quelques jours, le variant «indien» a plongé le pays de 1,3 milliard d’habitants dans le chaos, entraînant l’annonce d’une aide d’urgence par plusieurs pays. L’Inde a enregistré dimanche un record mondial de près de 350’000 personnes contaminées en une seule journée.

«L’OMS a redéployé plus de 2600 personnels pour soutenir la réponse sur le terrain, pour apporter son soutien aux activités de surveillance, aux conseils techniques et aux efforts de vaccination», a souligné le Dr Tedros. L’OMS a également indiqué dans un courriel à l’AFP qu’elle procédait à une analyse rapide de la situation dans les zones confrontées à une recrudescence des cas, formulait des recommandations et soutenait la mise en oeuvre de ces mesures.

La responsable technique de la lutte contre le Covid-19 au sein de l’OMS, Maria Van Kerkhove, a appelé tous les pays à «ne pas baisser la garde» pour éviter de connaître une accélération de l’épidémie comme en Inde. «La situation est fragile au niveau mondial», a-t-elle dit.

Globalement, «les cas ont maintenant augmenté pour la neuvième semaine consécutive, et les décès ont augmenté pour la sixième semaine consécutive», s’est inquiété le chef de l’OMS. «Il y a eu presque autant de cas dans le monde la semaine dernière que durant les 5 premiers mois de la pandémie», a-t-il poursuivi.

Covax, victime collatérale

Le système sanitaire indien est débordé par une nouvelle vague d’infections attribuée en partie au variant «indien», appelé par le nom de sa lignée, B.1.617. Il est qualifié de «double mutant» parce qu’il est notamment porteur de deux mutations préoccupantes au niveau de la protéine de pointe ("spike") du virus Sars-CoV-2 qui est à l’origine de la pandémie de Covid-19.

«Compte tenu de sa circulation importante et des préoccupations concernant sa propagation et sa neutralisation», l’OMS l’a classé comme «variant d’intérêt», mais l’organisation estime que des données supplémentaires sont nécessaires pour déterminer s’il s’agit d’un «variant préoccupant».

L’organisation basée à Genève (Suisse) note également que l’on ne sait pas encore si «les rapports faisant état d’une mortalité élevée sont dus à la gravité accrue du variant, à la mise à rude épreuve des capacités du système de santé en raison de l’augmentation rapide du nombre de cas, ou aux deux».

La terrible situation épidémiologique que vit l’Inde n’est pas sans conséquence sur le programme Covax, un partenariat public-privé entre l’OMS, l’Alliance du Vaccin (Gavi) et la Cepi (Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies), qui doit notamment garantir une distribution équitable de vaccins anti-Covid en particulier à 92 pays pauvres.

Soucieuse de vacciner sa population, l’Inde a bloqué les exportations du vaccin AstraZeneca fabriqué sur son sol par le Serum Institute of India (SII), ce qui signifie, a expliqué l’OMS, que les livraisons de 90 millions de doses de vaccins AstraZeneca/SII qui étaient prévues en mars et avril dans 60 pays n’ont pas pu avoir lieu.

«Nous attendons la reprise des livraisons», s’est contenté d’indiquer le directeur exécutif de l’Alliance du vaccin, le Dr Seth Berkley, pendant la conférence de presse, tout en soulignant que l’organisation menait des discussions avec d’autres pays pour recevoir des dons de doses.

Jusqu’à présent, 118 pays et territoires ont reçu plus de 40,8 millions de doses via Covax.

(AFP)

Votre opinion